Humeur des marchés
Un focus mensuel sur le marché des obligataires.

Une croissance faible mais bien réelle

UNECROISSANCEFAIBLEMAISBIENREELLE

Le niveau général d’aversion au risque a fortement augmenté en janvier. Cela s’est traduit à la fois par une forte volatilité des marchés, une baisse des actions et des taux des emprunts d’État, une hausse parfois violente des taux des obligations émises par des entreprises présentant des risques et une hausse de l’or.

Comme nous l’avons observé en fin d’année dernière, cette aversion au risque est liée à la baisse des prix du pétrole et au ralentissement de l’économie chinoise, auxquels s’ajoutent des craintes supplémentaires sur la croissance aux États-Unis.

Il est vrai que, avec des taux zéro ou négatifs et des déficits budgétaires élevés, les banques centrales et les gouvernements disposent désormais de faibles marges de manœuvre pour relancer la croissance si cette dernière venait à fléchir.

Le paradoxe c’est que les marchés anticipent une récession alors que, pour l’heure, la croissance est certes faible, mais bien réelle.

Il reste l’hypothèse de fonds souverains des pays producteurs de pétrole qui vendent pour compenser la baisse de leurs revenus, mais ces mouvements sont difficiles à identifier.

9 février – Philippe Alter

A lire aussi

bus stop 384617 640

La baisse des taux se fait attendre

Comme très largement anticipé, la Fed a décidé de maintenir ses taux inchangés. (…)
skis 1785285 640

Se positionner avant la baisse des taux directeurs

Les marchés d’actions et d’obligations signent un nouveau mois positif… (…)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !