Humeur des marchés
Un focus mensuel sur le marché des obligataires.

Sens unique

one-way-street-362172_640

En novembre, l’envolée des marchés de taux d’intérêt et d’actions a été spectaculaire.

Notre référence nationale en actions, le CAC 40, a enregistré sa meilleure performance mensuelle depuis près de 30 ans : +20,1 %. Ceci s’explique notamment par la composition de l’indice, très fournie en valeurs dites value (décotées) et cycliques. Au moment du premier déconfinement, le rebond a touché essentiellement les valeurs dites growth (croissance). Au mois de novembre, il s’est généralisé à l’ensemble de la cote avec la perspective de sortie de la crise sanitaire.

Sur le marché obligataire, les spreads de crédit – écarts de taux entre les souches d’émetteurs de bonne et de mauvaise qualité – se sont resserrés, témoignant ici aussi du regain d’appétit pour le risque.

Deux stimuli majeurs ont été les causes de ce nouveau puissant rebond des marchés.

Le premier est l’issue du scrutin présidentiel américain. Le candidat démocrate Joe Biden a été élu. La crainte d’une contestation massive autour de Donald Trump n’a été qu’éphémère et l’heure a été finalement bien plus à la fête qu’à l’affrontement entre les deux camps. Du côté des partenaires commerciaux des Etats-Unis, l’heure a aussi été à l’enthousiasme dans la perspective de dialogues plus ouverts à l’avenir.

Le second est l’issue de la crise sanitaire. Les laboratoires se sont succédés au cours du mois, annonçant des vaccins toujours plus efficaces. Le Royaume-Uni est le premier pays européen à lancer une campagne de vaccination dès début décembre. Les autres vont suivre de près. En anticipant un peu, ces avancées permettent de se projeter à nouveau. Elles doivent permettre le retour de la confiance des entreprises et des ménages, décisive pour l’investissement et la consommation.

L’évolution des marchés dans les mois à venir sera étroitement liée au rythme de sortie de la crise sanitaire et économique. L’élargissement du programme de rachat d’actifs de la BCE et le vote du Congrès américain pour un nouveau plan de relance devraient donner le ton en cette fin d’année.

A lire aussi

stress 391657 640

Le grand stress

La BCE n’avait pas modifié ses taux directeurs depuis mi-septembre 2023… (…)
bceee

Veille de baisse des taux

Malgré des données d’inflation supérieures aux attentes en zone euro… (…)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !