Humeur des marchés
Un focus mensuel sur le marché des obligataires.

Se positionner avant la baisse des taux directeurs

skis 1785285 640

Les marchés d’actions et d’obligations signent un nouveau mois positif. Le CAC 40 et le S&P 500 s’octroient respectivement 3,5 % et 3,1 % de progression. Les taux à 10 ans des emprunts d’Etats français et allemand passent respectivement de 2,92 % à 2,85 % et 2,41 % à 2,29 %.

Sur les marchés d’actions, le grand écart entre petites et grandes capitalisations observé depuis des mois tend à se réduire : le CAC Mid & Small et le Russell 2 000 ont respectivement progressé de 4,8 % et 4,2% en mars.

Sur les marchés obligataires, la courbe des taux des emprunts est toujours inversée. Elle est toutefois aujourd’hui moins « creusée » qu’elle ne l’était en fin d’année dernière, synonyme d’anticipations de baisses des taux directeurs de banques centrales de moindre ampleur pour cette année.

L’écart semble encore se creuser entre les Etats-Unis et l’Europe du point de vue de la santé économique de chaque zone. En effet, en zone euro, l’inflation globale continue de refluer (2,4 % sur un an en mars, contre 2,5 % anticipé et 2,6 % en février), permettant ainsi de se rapprocher du point d’inflexion de la politique monétaire restrictive de la BCE. Ce revirement monétaire pourrait, à l’inverse, s’éloigner aux Etats-Unis dans la mesure où les tout derniers chiffres sur l’emploi – 184 000 postes créés en mars dans le secteur privé non-agricole contre 148 000 anticipés et 155 000 le mois précédent – démontrent toujours une excellente tenue qui n’augure pas une baisse des taux prochaine.

En résumé, il est de plus en plus probable que la BCE intervienne avant la FED sur une baisse de taux. Toutefois, la BCE devra rester vigilante sur le comportement de sa devise, l’euro, face au dollar, sachant qu’une baisse de ses taux entraînera un recul de l’euro et donc un renchérissement des importations libellées en devises étrangères (et donc de l’inflation, contre quoi elle lutte à la base).

Ce contexte nous amène à poursuivre le rallongement de la vie moyenne des poches taux des portefeuilles conseillés, dans la mesure où les taux longs, plus sensibles au risque de taux, seront les plus rémunérateurs dans les mois à venir.

A lire aussi

bus stop 384617 640

La baisse des taux se fait attendre

Comme très largement anticipé, la Fed a décidé de maintenir ses taux inchangés. (…)
breathing-space-1318548_1280

Les marchés s’accordent une respiration post-rallye

Le mois de janvier s’est achevé sur une bonne note pour les grandes valeurs du CAC 40 qui a atteint son plus haut sommet… (…)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !