Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 9 juillet 2019

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

Un tournant en Grèce ?

Perdant du terrain mois après mois, le parti au pouvoir depuis 4 ans, Syriza avec son leader Alexis Tsipras, a reçu le coup de grâce aux élections législatives grecques de dimanche dernier. Pour les électeurs, il est temps de s’affranchir du pilotage européen des réformes nationales. Ils ont ainsi remis au pouvoir la Nouvelle Démocratie (parti conservateur traditionnel) et élu son jeune dirigeant Kyriakos Mitsotakis. La renégociation de l’objectif d’excédent primaire auprès de l’UE (3,5 % du PIB tous les ans jusqu’en 2022) et des mesures de relance – baisses d’impôts notamment – ont animé la campagne législative. Le temps que la nouvelle équipe gouvernementale se forme, les créanciers de la Grèce et les ministres des Finances de la zone euro déglutissent…

Une nouvelle zone de libre-échange

La zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) a été officiellement lancée. Une économie de taille l’a rejointe juste avant sa ratification dimanche dernier : le Nigeria (première puissance économique du continent). A ce stade, 55 pays composent la ZLEC, rassemblant 1,2 milliard d’habitants pour un PIB cumulé de 2 500 milliards de dollars. La marge de progression des échanges intra-africains est aujourd’hui énorme. A titre de comparaison, quand ces échanges ne représentent que 15,2 % en Afrique, les échanges intracommunautaires pèsent 67,1 % en UE. La ZLEC ambitionne par ailleurs de limiter la corruption, enrayer la baisse de la qualité des infrastructures et réduire les temps d’attente aux frontières.

Sur la route de la dédollarisation

2018 a été une année exceptionnelle à plusieurs titres sur les marchés, notamment celui des achats d’or par les banquiers centraux dans le monde qui ont atteint un plus haut depuis les années 60. Un des éléments déclencheurs est la remise en cause par l’administration américaine de ses relations étrangères (commerciales comme diplomatiques). Ces tensions ont ravivé un sentiment de crainte économique et une volonté de s’émanciper d’actifs strictement dollarisés : la détention d’or y répond bien. L’exemple de la banque centrale chinoise (PBoC) est éloquent : sur les 7 derniers mois, elle a accumulé près de 85 tonnes d’or, soit environ 5 % de son stock total ! La Russie achète dans des proportions similaires. Ce sont les 5ème et 6ème plus grands détenteurs d’or au monde.

Un détail en Turquie

Erdogan vient de limoger le patron de la banque centrale turque. Ce n’est pas une grande surprise, mais la perte de confiance des investisseurs s’est poursuivie hier. La livre turque a perdu plus de 2 %, les taux d’emprunt d’Etat sont remontés (7,28 % pour le 10 ans) et la Bourse d’Istanbul a cédé 1,5 %.

Dans le reste de l’actualité

« La SNCF s’allie aux buralistes pour vendre plus de billets de train » (Les Echos).

Calendrier macro-économique

16h00 : rapport JOLTS sur les nouvelles offres d’emploi (Etats-Unis).

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !