Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 4 janvier 2018

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

L’ère des abonnements est ouverte

Le succès des abonnements musiques (ex. : Spotify) ou films/séries (ex : Netflix) ne faiblit pas. Il en est de même pour les abonnements e-commerce tels que ceux proposés par Amazon (Prime) ou la Fnac (Fnac+). Si le service apporté par ces abonnements requiert une organisation très chronométrée (ex : livraisons sous 2h ou 1j) et donc coûteuse, le panier moyen des abonnés en vaut largement la peine. Pour Prime d’Amazon, ils dépensent en moyenne 1 700 dollars chaque année contre 700 dollars pour les non abonnés. La progression d’abonnés à Prime est soutenue : +35 % en 2016. Pour continuer à séduire, ces abonnements s’accompagnent de services annexes : accès à des vidéothèques payantes, musiques, etc.

MiFID II est dans la place

La directive européenne MiFID II est (enfin) entrée en vigueur hier. Elle vise à une meilleure transparence des produits, de leurs créateurs et des intermédiaires qui les commercialisent. MiFID I n’imposait la transparence que sur les actions négociées sur le marché européen réglementé. MiFID II élargit ce champ à des milliers d’autres instruments financiers dont la plupart sont négociés de gré à gré. Tout ceci au bénéfice du client dont la protection est par ailleurs renforcée : la notion de « marché cible » alloué à chaque produit mettra en partie fin à la vente de produits inadaptés. Par ailleurs, l’obligation pour les conseillers et gestionnaires de se déclarer indépendants ou pas vis-à-vis des produits qu’ils recommandent à leurs clients permettra de limiter les conflits d’intérêt.

Le stop américain au développement d’Alibaba aux Etats-Unis

Ant Financial, la branche financière du géant chinois de l’e-commerce Alibaba, devait mettre la main sur MoneyGram, spécialiste américain des paiements électroniques. Mais le Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS) n’a pas approuvé le deal. Ce refus est raccord avec la position de Washington qui dénonce les pratiques commerciales de Pékin et sa passivité face à la situation nord-coréenne. Véritable sanction ou pas, cet échec n’est pas le seul. On retrouve aussi des blocages sur les rachats de l’assureur-vie américain Genworth Financial par le fonds chinois Orient Hontai Capital et de la firme américaine de marketing mobile AppLovin par le fonds chinois China Oceanwide Holdings Group.

Quelle année pour le pétrole ?

Le cours du pétrole continue sa poussée depuis juillet dernier. Le baril de Brent de la Mer du Nord atteint les 68 dollars aujourd’hui contre moins de 50 dollars fin juin : plus de 35 % de hausse en 6 mois. Les catalyseurs à la hausse sont bien là : tensions en Iran, vague de froid aux Etats-Unis, ralentissement des forages de schistes américains et reconduction des quotas de production par l’OPEP. Cette tendance va-t-elle se maintenir en 2018 ? Difficile à dire dans la mesure où un prix du baril haut permet d’accroître la rentabilité des producteurs et donc de dégager des flux pour investir et augmenter la production. On pense ici aux producteurs américains qui ne sont pas soumis à des quotas ainsi qu’aux fonds spéculatifs qui accumulent les positions longues sur le cours du baril, jouant ainsi la hausse pour des montants record aujourd’hui. Un jour ou l’autre, ils débloqueront leurs positions et feront baisser mécaniquement les prix.

Dans le reste de l’actualité

Les Américains mangent de plus en plus de viande : plus de 100 kilos par tête sont attendus pour 2018, un chiffre en progression constante depuis 2014, tutoyant le pic de consommation de 2004.

Etre locataire à Paris coûte 85 % plus cher qu’en province.

Macron compte lutter contre les méfaits des fake news, qui viennent notamment polluer la vie démocratique, en proposant dans les mois à venir un texte de loi encadrant les contenus sponsorisés sur Internet.

Calendrier macro-économique

  • 08h00 : indice des prix des logements (Royaume-Uni)
  • 09h50 : indices PMI composite et des services (France)
  • 09h55 : indices PMI composite et des services (Allemagne)
  • 10h00 : indices PMI composite et des services (zone euro)
  • 10h30 : indice PMI des services (Royaume-Uni)
  • 14h30 : inscriptions hebdomadaires au chômage (Etats-Unis)
  • 15h45 : indices PMI composite et des services (Etats-Unis)
  • 17h00 : stocks de pétrole brut (Etats-Unis)

Benjamin Frazer

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !