Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 4 février 2020

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

Rester positif

Après la trêve du Nouvel an chinois, les marchés chinois ont ouvert nettement dans le rouge lundi (-8 %) avant de se reprendre un peu aujourd’hui (+2,5 %). En Europe comme aux Etats-Unis, la semaine a été abordée positivement. La séance boursière d’hier a été soutenue par des indices PMI manufacturiers meilleurs qu’attendus en zone euro et aux Etats-Unis. L’activité manufacturière américaine a d’ailleurs doublement surpris avec un indice à 50,9 : c’est mieux qu’estimé mais surtout supérieur à 50, seuil délimitant le repli et l’expansion de l’activité.

Contamination du pétrole

Depuis 2016, la Chine est le premier importateur de pétrole au monde, engloutissant 15 % de la demande mondiale. Comme d’autres marchés avant lui (tourisme et luxe notamment), le marché du pétrole a été contaminé par le virus made in China. L’immobilisation du pays a fait chuter la consommation de pétrole de 20 % selon Bloomberg. Depuis le 20 janvier, le cours du pétrole s’est effondré de près de 17 %.

Négociations corsées

Barnier, négociateur en chef de la Commission européenne, et Johnson, Premier ministre britannique, ont tous deux dévoilé leurs objectifs de négociation pour le Brexit. Le premier prône un accord très encadré, notamment pour s’assurer que les deux parties jouent avec les mêmes règles concurrentielles, et prévoit un accès continu et réciproque à leurs eaux pour la pêche. Johnson, beaucoup plus libéré, défend un accord de libre-échange… sans accord ! Autrement dit, il compte s’exonérer de tout ajustement aux règles européennes. Il précise par ailleurs que le Royaume-Uni redeviendrait un Etat côtier souverain. Cela sous-entend que les accords sur la pêche seraient renégociés tous les ans. Le rapport de force est installé : bonne négociation à eux jusqu’en décembre !

Pile je gagne, face tu perds

Le secteur des casinos remontent la pente après la disette de la fin des années 2000 à 2013. Encore l’an passé, le produit des jeux de l’ensemble des casinos français a bondi de 4,88 %, son rythme de croissance le plus élevé depuis 17 ans. C’est d’autant plus spectaculaire que le parc de casinos est resté identique à celui d’il y a 4 ans. La transformation de jeux traditionnels en jeux électroniques y est pour beaucoup dans ce retour à la croissance. Aujourd’hui, 9 % des revenus sont générés par ces nouveaux jeux.

Dans le reste de l’actualité

« L’Eglise d’Angleterre lance un indice boursier respectant l’Accord de Paris sur le climat. » (Les Echos)

Calendrier macro-économique

10h30 : indice PMI de la construction (Royaume-Uni)

16h00 : commandes à l’industrie (Etats-Unis)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !