Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 31 août 2020

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

En cas de dérapage de l’inflation

Aux Etats-Unis, l’indice des prix à la consommation n’a progressé que de 1 % en juillet. Nous sommes donc encore loin du taux d’inflation ciblé (2 %) par les plus grandes banques centrales, FED et BCE en tête. La semaine dernière, à l’occasion du symposium de Jackson Hole, le Président de la FED a donc pris de l’avance. Il a annoncé que l’institution pourra laisser l’inflation courir au-delà de 2 %. Autrement dit, elle n’agira pas ou peu (via la hausse des taux directeurs notamment) pour freiner la hausse de l’inflation. Ceci même en cas d’anticipation d’un taux supérieur à 2 % ! Cette décision met tout simplement fin à plus de 30 ans de pilotage monétaire en fonction du niveau d’inflation.

Le nouveau soutien

C’est évidemment un fort soutien pour les entreprises et les marchés. Ces derniers grimpent depuis trois jours avec la nouvelle. Pour les taux « sans risque » (taux d’emprunts d’Etats de bonne qualité), c’est une énième confirmation qu’ils resteront durablement bas. En quête de rendement, il faudra continuer à accepter de prendre plus de risque (marché des obligations d’entreprises et surtout marché des actions).

Les fonds H2O

C’est un nouveau déboire pour H20 AM, la filiale de gestion star de Natixis. A la demande de l’AMF, huit de ses fonds, pour près de la moitié des encours de la société de gestion, viennent d’être gelés pour environ un mois. De fait, les souscriptions et rachats sont suspendus sur ces fonds. L’objectif visé est d’isoler dans un compartiment à part les 15 % d’encours investis sur des titres jugés illiquides et majoritairement relatifs au financier allemand controversé Lars Windhorst. De quoi donner, à l’avenir, une meilleure visibilité aux porteurs de parts de ces fonds.

Fin de la mise sous cloche

En France, elle a pris fin lundi dernier. Après plus de cinq mois de répit accordés par les pouvoirs publics, le droit revient « à la normale ». C’est-à-dire que les entreprises ne pouvant pas régler leurs factures sous 45 jours devront se déclarer en cessation de paiements. Inévitable, la vague de faillites arrive pour les PME françaises.

Dans le reste de l’actualité

Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, a démissionné pour raison de santé.

Veolia souhaite racheter la participation d’Engie dans Suez (environ 30 % du capital).

Calendrier macro-économique

Toute la journée : Summer bank holiday ((Royaume-Uni)

14h00 : indice des prix à la consommation (Allemagne)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !