Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 29 avril 2019

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

On n’arrête pas la croissance américaine

La fin de cycle – ce ralentissement annoncé depuis si longtemps par les prévisionnistes aux Etats-Unis – se fait attendre. Au premier trimestre, la croissance américaine est restée resplendissante (+3,2 % en rythme annualisé), bien au-dessus des attentes ! Toutefois, cette situation ne devrait pas durer. En effet, le premier trimestre a été porté par une balance commerciale très favorable (réduction des importations de 3,7 % et augmentation des exportations de 3,7 %) et une production élevée malgré la faible consommation (+1,2 % sur un an), gonflant ainsi les stocks plus que les ventes.

Le grand gagnant

Ce contexte profite au dollar américain qui gagne +2,58 % par rapport à l’euro depuis le début de l’année et 10 % depuis février 2018. En relatif par rapport aux autres grandes zones géographiques (Chine et Europe), le combo d’une croissance forte dans un contexte d’inflation limitée favorise l’exposition au dollar. A cela s’ajoute le différentiel de taux, favorable au dollar américain et qui s’est creusé avec les autres zones depuis que les Etats-Unis ont remonté leurs taux directeurs tandis que les autres banques centrales les ont maintenus sous terre.

Deux autres gagnants en Espagne

L’issue du scrutin législatif de ce week-end en Espagne a été favorable à deux partis. Pedro Sanchez, du PSOE (parti socialiste), a obtenu 29 % des voix. C’est bien mieux qu’en 2016, mais insuffisant pour obtenir la majorité au Parlement. Le parti d’extrême droite Vox s’octroie, quant à lui, 10 % des suffrages et entre au Parlement.

Malice sur la livre turque

Pour rassurer les investisseurs étrangers, et donc limiter la baisse de la livre turque, la Banque centrale de Turquie (CBTR) a fait rebondir subitement ses réserves de change en mars dernier, voulant prouver sa capacité à défendre sa monnaie si besoin. Pour ce faire, l’institution a recouru à des opérations de financement de court terme, en dollars, auprès de ses banques locales. Ces opérations ont permis de gonfler ses réserves de quelque 9,5 milliards de dollars, un montant colossal sur un total de 20 milliards à fin mars. Découvrant la manipulation, les investisseurs ont poursuivi leur sortie de capitaux libellés en devise turque. Résultat, face à l’euro et au dollar, la livre turque recule d’environ 6 % depuis le début du mois.

Dans le reste de l’actualité

Le dernier Avengers signe le meilleur démarrage de l’histoire du box-office américain.

Calendrier macro-économique

11h00 : climat des affaires (zone euro)

11h00 : confiance des consommateurs (zone euro)

14h30 : indice des prix à la consommation (Etats-Unis)

14h30 : dépenses des ménages (Etats-Unis)

16h30 : indice manufacturier de la Fed de Dallas (Etats-Unis)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !