Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 24 avril 2017

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

Débrief du premier tour

Le résultat est allé dans le sens des sondages : assez large victoire de Macron (23,9%) suivie de Le Pen (21,4%). Nouveauté historique sur cette Présidentielle : aucun des deux partis traditionnels n’arrive au second tour. Le PS prend une veste historique, à 6,3% pour Hamon. Fillon récolte ce que les médias ont semé, à 19,9%. Mélenchon est redevenu l’énervé qu’on connaissait, « déçu » de ses résultats, qui restent très impressionnants. Et l’alternative Dupont Aignan remporte 4,7% des suffrages. Mélenchon, Le Pen et autres candidats extrémistes, on arrive à une majorité de Français qui ont voté pour des extrêmes… Quant au second tour, bien que plié en faveur de Macron sauf tsunami, il sera intéressant de voir si son équipe arrive à transformer l’essai aux législatives de mai.

La réaction des marchés

Certains auront dû le jouer et prendre leurs profits ce matin, le couple Macron – Le Pen était bien le favori des marchés. Dans la nuit, les marchés asiatiques ont enregistré de belles performances (sauf la Chine qui a perdu 1,9%) et l’euro s’est envolé sur le marché des changes, à près de 1,09 dollar ce matin contre 1,07 les jours précédents. Le CAC 40 ouvre ce matin à +4,15%. Le taux à 10 ans français se contracte naturellement, à 0,87%, et le spread se resserre avec l’Allemagne (0,53% d’écart).

Sur quel pied danse vraiment la Chine

A l’heure où Trump fait pression sur ses plus importants fournisseurs d’acier tels que le Canada, le Brésil, le Mexique ou la Corée du Sud, la Chine est balancée entre réduction des capacités de production pour limiter les surproduction – car toujours accusé par l’Europe et les Etats-Unis de vendre son acier à perte – et soutien de l’activité pour maintenir l’emploi. En effet, à elle seule, la Chine produit la moitié de l’acier dans le monde. Selon ses engagements, elle devrait passer sa réduction de production de 100 à 150 millions de tonnes (sur 1,2 milliards) d’ici à 2020 et supprimer 1,8 millions d’emplois dans le secteur. En même temps, les provinces chinoises jouent contre le gouvernement en protégeant leurs aciéries et en évitant ou retardant leur fermeture. Difficile d’y voir clair, pendant ce temps-là, la Chine continue d’inonder le marché.

Calendrier macro-économique

  • 10h00 : climat des affaires (Allemagne) ;
  • 12h00 : enquête CBI de conjoncture dans l’industrie (Royaume-Uni) ;
  • 14h30 : ventes de grossistes (Canada).

Benjamin Frazer

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !