Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 21 octobre 2019

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

God Save the Law

Samedi, le Parlement britannique ne s’est pas prononcé sur l’accord négocié par Johnson auprès de l’UE. Il a préféré contraindre le Premier ministre à réclamer à Bruxelles un report du Brexit au 31 janvier. Ce dernier s’est exécuté, sans signer la lettre… Mais en la faisant suivre d’une deuxième, cette fois signée, indiquant qu’il ne voulait pas de délai supplémentaire… Enfin, une troisième lettre, signée par l’Ambassadeur britannique auprès de l’UE, précisait que le report n’avait été demandé (dans la première lettre) que pour se plier à la loi (du Parlement)… Johnson est toujours convaincu que le Brexit aura lieu le 31 octobre prochain…

Moins de croissance en Chine

Au troisième trimestre, la Chine a affiché une croissance économique de 6 % sur un an. L’économie chinoise évolue donc aujourd’hui sur des niveaux de croissance comparables à ceux du début des années 1990. Il faut ajouter à cela la manipulation des chiffres par les autorités qui pilotent parfaitement leurs publications pour les faire correspondre à leur objectif affiché de 6 % à 6,5 % de croissance en 2019. Depuis le début de l’année, en rythme annualisé, la croissance moyenne atteint 6,2 %.

Disparition d’une banque sur trois

C’est la prévision rassurante du lundi. Selon McKinsey, 354 banques sur 1 000 étudiées dans le monde ont de sérieux soucis à se faire à moyen terme. Ces 354 banques présentent une rentabilité moyenne sur leurs fonds propres égale à 1,6 %. A l’opposé, les 210 établissements les plus performants font en moyenne 10 fois mieux. Par ailleurs, 80 % des 1 000 banques étudiées détruisent de la valeur : leur rentabilité est inférieure aux coûts de leurs fonds propres. L’univers de taux très bas et la pression réglementaire obligent les établissements à se rapprocher entre eux ou/et à abandonner leurs activités les moins rentables.

Saudi Aramco reportée

L’introduction en Bourse de Saudi Aramco, la compagnie pétrolière saoudienne, était imminente. Elle se trouve à nouveau reportée suite à un désaccord sur sa valorisation. Dans les plans du prince héritier, Mohammed ben Salmane, la cotation de 5 % de son géant des hydrocarbures devait lui permettre d’obtenir 100 milliards de dollars. A ce prix, la valorisation du groupe atteint 2 000 milliards de dollars. Selon le Wall Street Journal, la récente fourchette de valorisation jugée convenable par les investisseurs se situerait plutôt entre 1 100 et 1 700 milliards de dollars… Le manque de rendement (dividende sur cours) par rapport à des noms tels que ExxonMobil ou Royal Dutch Shell, ou encore l’exposition à des risques géopolitiques majeurs, refroidissent beaucoup des investisseurs internationaux.

Dans le reste de l’actualité

Pour faire face à la chaleur, le Qatar installe des climatiseurs dans ses rues…

« L’AMF a approuvé le document d’enregistrement de la FDJ, préalable à son introduction en Bourse » (Les Echos).

Calendrier macro-économique

08h00 : prix à la production (Allemagne)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !