Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 2 septembre 2022

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

Renault avec Geely et Aramco

Renault envisage de filialiser ses activités dans les moteurs thermiques/hybrides (nommée « Horse ») d’une part et dans le véhicule électrique (« Ampère ») d’autre part. Pour « Horse », le groupe devrait faire entrer au capital le chinois Geely pour 40 % et le saoudien Saudi Aramco pour 20 % : de quoi dégager des liquidités pour financer ses lourds investissements à venir dans la seconde filiale « Ampère » qui pourrait être introduite en Bourse à l’horizon fin 2023.

Le business model suisse…

Pourquoi l’inflation suisse est-elle aussi basse (3,5 % sur un an, mais la plus élevée depuis 1993) par rapport aux autres pays européens (9,1 % sur un an en zone euro) et même au-delà ? Parce que la Suisse est une exception mondiale protégée par son mix énergétique, ses droits douaniers, sa monnaie, sa banque centrale et le niveau de vie de ses concitoyens !

… A la loupe

Tout d’abord, la Suisse a un mix énergétique très favorable : équipée majoritairement de barrages hydroélectriques et de centrales nucléaires, elle importe très peu de gaz. Côté produits alimentaires, elle impose habituellement des droits de douane très élevés qu’il lui suffit de réduire un peu pour limiter très nettement la flambée des prix. Le poids des dépenses en énergie et en alimentaire pèse peu dans le budget (5 % et 11,5 %) d’une population (très) riche, par tête, et les pressions salariales pour augmenter les salaires sont donc faibles. Par ailleurs, le coût du travail est élevé, ce qui limite l’envolée des prix puisque c’est une composante importante des produits finis. Enfin, en tant que valeur refuge historique, le franc suisse ne peut que profiter de tels contextes, d’autant que la Banque nationale suisse a déjà remonté ses taux, ce qui d’ailleurs fait baisser in fine le coût de ses importations.

Les rachats d’actions ont la cote

Il y a deux façons de rémunérer les actionnaires : les dividendes et les rachats d’actions. Nous évoquions il y a quelques jours l’envolée des versements de dividendes du fait des profits énormes réalisés l’an dernier et au cours de ce premier semestre. Les rachats d’actions n’échappent pas au mouvement. En Europe, ils ont déjà atteint 70 milliards d’euros depuis le début d’année, soit plus qu’une année pleine ordinaire. Les secteurs de l’énergie, des matières premières et financier sont logiquement les plus généreux.

Dans le reste de l’actualité

Selon Elabe, Edouard Philippe est la personnalité politique préférée des Français (50 % d’image positive).

Pernod Ricard affiche des résultats inédits depuis trente ans.

Catherine Guillouard, à la tête de la RATP, démissionne pour raisons personnelles.

Microsoft va créer 36 000 emplois au Qatar.

Calendrier macro-économique

08h00 : balance commerciale (Allemagne)

14h30 : créations d’emplois dans le secteur non agricole (Etats-Unis)

14h30 : taux de chômage (Etats-Unis)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !