Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 2 juin 2020

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

L’endettement n’est plus un problème

L’emballement des mesures de soutien des banques centrales et des Etats est impressionnant ! Rien qu’au sein de l’UE, le dernier plan en date de la Commission européenne, présenté mercredi dernier, s’élève à 750 milliards d’euros. Ce montant s’ajoute aux 540 millions déjà décidés dans l’urgence par l’UE et aux 1 000 millions engagés en injections de liquidités par la BCE. Le total dépasse 2 000 milliards d’euros et, rapporté au PIB de la région, les 13 % ! Enfin, dans les prochains jours, la BCE devrait annoncer un plan de nouvelles centaines de milliards d’euros.

La question qui fâche

Comment résorber la dette ? Il y a quatre façons : l’austérité, la faillite, la croissance, l’inflation. L’austérité semble inconcevable dans la mesure où l’argent magique levé en quelques semaines pourrait susciter de nombreuses revendications et exacerber les tensions du climat social. Du côté des faillites des Etats, celles-ci semblent inenvisageables : une partie des ardoises (de l’endettement) devrait être purement et simplement effacée auprès des banques centrales ou transformée en dettes perpétuelles (remboursables en J+1 après la fin du monde).

Croissance et inflation

De son côté, la croissance est tributaire du retour de la consommation des ménages et de l’investissement des entreprises. Or, le poids d’un endettement alourdi et/ou d’une réorganisation des entreprises aura raison (au moins un temps) de leurs investissements et hausses de salaires, ce qui créera une pression négative sur la croissance à moyen terme. Enfin, concernant l’inflation, qui dépend fortement de l’évolution des salaires, l’équation entre investissement et consommation ne lui est pas favorable. Ajoutons à cela le bas prix du pétrole, qui certes ne durera qu’un temps, le cocktail n’est toujours pas explosif pour l’inflation !

Malgré tout

Une nouvelle fois, en juin, l’optimisme a été de mise sur les marchés de capitaux. Il faut dire que la très forte augmentation de la masse monétaire (par le recours à la planche à billets) relative à la création de valeur des agents économiques (ménages, entreprises et Etats) nécessitait probablement encore un ajustement des prix des actifs à la hausse. Et demain ?

Dans le reste de l’actualité

A partir d’aujourd’hui, l’application StopCovid est disponible sur smartphone.

Calendrier macro-économique

Nothing. Nichts. Nada. Niente.

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !