Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 18 janvier 2022

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

La Chine

La croissance économique chinoise ressort à +8,1 % en 2021. L’essoufflement est toutefois palpable au dernier trimestre (+4 % sur un an), bien qu’au-dessus des attentes. Impactée par sa politique « zéro Covid », le pays vient d’annoncer, à la différence des autres grandes puissances mondiales, un léger assouplissement de sa politique monétaire. La banque centrale chinoise baisse de 10 points de base (0,1 %) son taux de prêt aux banques commerciales du pays. C’est en partie ce qui a soutenu les marchés d’actions hier, en l’absence des Américains (Martin Luther King Day).

Renault droit dans ses bottes

Les ventes (en volumes) du groupe Renault ont reculé de 4,5 % en 2021. C’est la troisième année consécutive de baisse, en raison de la pandémie (et de la consécutive pénurie de semi-conducteurs), d’une part, et de la volonté du groupe de concentrer les ventes sur ses divisions les plus rentables, d’autre part. Dacia est un bel exemple de rentabilité du groupe : en 2021, la marque a gagné 0,1 % de parts de marché (3,5 % au total sur son périmètre) et les ventes (en volumes) ont progressé de 3 %. Pour le détail des résultats du groupe, il faudra patienter jusqu’au 18 février prochain.

Un marché qui renoue avec la croissance ?

Après 10 années de vache maigre, au moment où Free entrait sur le marché, la croissance globale du secteur des opérateurs télécoms français est de nouveau positive (sur les neuf premiers mois de l’année 2021) à +2,4 %. La fibre, la 5G et la hausse des prix des abonnements mobiles sont à l’origine de cette embellie qui devra se confirmer ces prochains mois.

Normalisation progressive

Le stock de dettes à taux négatifs s’amenuise au fil de la remontée des taux. Il passe désormais sous la barre des 10 000 milliards de dollars. Les obligations concernées sont, pour la majorité, des emprunts d’émetteurs souverains de la zone euro. Aujourd’hui, le taux allemand à 10 ans flirte avec le niveau 0 (-0,01 %) tandis que le français offre 0,37 % et l’italien 1,31 %. La contagion aux taux longs d’émetteurs privés s’est accélérée ces derniers jours.

Dans le reste de l’actualité

Eolien en mer : l’Ecosse lance le plus gros projet européen à ce jour.

Fitch dégrade la note d’EDF à BBB+.

Calendrier macro-économique

08h00 : taux de chômage (Royaume-Uni)

11h00 : indice ZEW du sentiment économique (Allemagne)

11h00 : indice ZEW du sentiment économique (Zone euro)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !