Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 16 mai 2017

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

Santé des entreprises

Après un recul des défaillances d’entreprises et un moral des patrons en nette progression, c’est au tour de la trésorerie des grandes entreprises et des ETI de s’améliorer de mois en mois, atteignant même un plus-haut de 2005. Selon COE-Rexecode, ce nouveau signal positif sur la santé des sociétés françaises incombe à la baisse du coût des matières premières depuis le mois de mars et à la réduction des délais de paiement.

L’immobilisme politique néerlandais

On assiste aux Pays-Bas à un remake de la situation politique espagnole observée il y a quelques mois. Pour rappel, le 15 mars dernier se tenait les Législatives néerlandaises. Quatre partis étaient arrivés en tête. Au sein de cet arc-en-ciel politique, le Premier ministre libéral Mark Rutte, au pouvoir depuis 2010, a tenté de construire une coalition entre libéraux, démocrates, écologistes et extrême-droite. Deux mois plus tard, toujours pas d’accord sur une feuille de route. En attendant, le gouvernement règle les affaires courantes…

Du pain sur la planche pour les assureurs

C’est probablement l’un des pans du métier d’assureur qui recèle le plus gros potentiel sur les décennies à venir. La cyberassurance – assurer le risque lié à des attaques informatiques – revient au goût du jour après le piratage à l’échelle mondiale de la fin de la semaine dernière. Sur le marché français, selon Marsh Franc, seulement 60 à 70% des groupes du CAC 40 et 2 à 3% des PME affirment être couverts face à ce risque. Aujourd’hui, 80% du marché de la cyberassurance est concentré aux Etats-Unis avec des primes d’assurance encore très abordables, entre 0,5% et 1% de la capacité couverte. Une hyperinflation des prix se produire dans les prochaines années, si des scandales d’ampleur continuent à éclater.

Les fluctuations du cours du pétrole

Le cours a rebondi… un peu (trop peu ?) Alors que l’OPEP se réunit le 25 mai prochain, la Russie et l’Arabie Saoudite ont annoncé vouloir continuer à réduire leur production jusqu’en mars 2018. Ce signal n’a pas manqué de faire rebondir le cours du baril de Brent, à 52 dollars (+2,6%). Un rebond qui reste toutefois mitigé après la baisse des derniers mois (plus haut à 1 an à 57 dollars, atteint grâce à l’accord de l’OPEP fin novembre sur une réduction de la production). Le frein à une réintégration de ces niveaux provient certainement du schiste américain, en croissance fulgurante depuis des mois, comme le confirme les derniers chiffres du Ministère de l’Energie américain.

Calendrier macro-économique

  • 08h45 : indice des prix à la consommation (France) ;
  • 10h30 : indice des prix à la consommation (Royaume-Uni) ;
  • 10h30 : prix à la production (Royaume-Uni) ;
  • 11h00 : indice ZEW du sentiment économique (Allemagne) ;
  • 11h00 : croissance du PIB (zone Euro) ;
  • 11h00 : balance commerciale (zone Euro) ;
  • 11h00 : indice ZEW du sentiment économique (zone Euro) ;
  • 14h30 : permis de construire (Etats-Unis) ;
  • 14h30 : mises en chantier (Etats-Unis) ;
  • 15h15 : production industrielle (Etats-Unis).

Benjamin Frazer

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !