Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 16 juillet 2021

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

Un bon démarrage

Les grandes banques américaines ont commencé à publier leurs résultats trimestriels. Jusqu’ici, les bénéfices sont en nette hausse et battent toutes les attentes. La vigueur de la reprise économique en est bien sûr la principale raison ! Chez JP Morgan Chase, les dépenses en cartes de crédit/débit ont explosé de 45 % sur un an. Chez Goldman Sachs, les revenus tirés du conseil et des prêts aux entreprises ont bondi de 36 % sur un an. A cela s’ajoutent des reprises sur provisions faites pendant la pandémie pour plusieurs milliards de dollars qui viennent gonfler leurs résultats.

La journée des 3 sorcières

Sur les marchés à terme, le troisième vendredi de chaque mois est un peu particulier… C’est le jour où trois types de contrats (Futures sur indices, options sur indices et options sur actions) arrivent simultanément à leur terme – à échéance. Ce jour est donc souvent vecteur de volatilité, certains investisseurs débouclant leurs positions au dernier moment (pour la « rouler » sur l’échéance suivante notamment). La dernière heure de cotation est connue sous le nom de triple witching hour pour être diablement agitée.

La courbe du budget

Le budget de l’Etat français n’est visiblement pas prêt de revenir à la normale. Les dépenses, et donc les déficits, vont continuer d’exploser jusqu’à l’année prochaine. Près de 11 milliards d’euros supplémentaires vont être injectés via le budget 2022 par rapport à celui de 2021. Pour autant, grâce aux anticipations toujours meilleures des taux de croissance, le déficit public n’est attendu « que » à 9 % du PIB avant de se « redresser » en 2022 à 5,3 % du PIB…

Le tour de table

Revolut, la fintech britannique, vient de boucler une levée de fonds de 800 millions de dollars auprès du japonais SoftBank et de l’américain Tiger Global Management. Cette levée valorise désormais Revolut à 33 milliards de dollars. C’est d’ores et déjà plus que des banques traditionnelles telles que la française Société Générale (25), l’italienne UniCredit (25,4) ou encore la britannique NatWest (32,6). Entre nous soit dit, Revolut ne gagne pas encore d’argent (140 millions de dollars ont été perdus en 2019 et 230 millions en 2020).

Dans le reste de l’actualité

En Europe de l’Ouest, il s’est vendu plus d’un million de voitures à batterie au premier semestre 2021.

Netflix s’organise dans le jeu vidéo et recrute Mike Verdu (passé par Atari, Zynga et Electronic Arts).

Calendrier macro-économique

11h00 : indice des prix à la consommation (zone euro)

11h00 : balance commerciale (zone euro)

14h30 : ventes au détail (Etats-Unis)

16h00 : stocks des entreprises (Etats-Unis)

16h00 : indice Michigan de confiance des consommateurs (Etats-Unis)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !