Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 13 décembre 2017

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

Yellen, bouquet final

Pour sa dernière prise de parole avant de quitter ses fonctions en février prochain, Janet Yellen devrait annoncer ce soir une hausse des taux d’intérêt : la cinquième depuis 2015 et la troisième cette année. Elle laisse derrière elle une économie américaine en très bonne santé, avec un chômage historiquement bas (4,1 %), une croissance encore soutenue pour 2017 (+2,3 %) et un seul bémol, l’inflation, attendue à 1,4 % cette année, toujours en-dessous de l’objectif des 2 % de la Réserve fédérale. Un enjeu fort pour son successeur, Jerome Powell, sera de poursuivre l’amorce de réduction du bilan de la Fed dans les années à venir.

Moins de dette sociale

La Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades) a reçu son cadeau de Noël un peu en avance : la rentrée potentielle de 800 millions d’euros supplémentaires pour la Sécurité sociale, issue de l’accroissement de la masse salariale française qui s’établit en septembre à 3,7 % sur 1 an alors qu’elle était attendue à 3,3 %. Cette accélération est d’ailleurs tendancielle : 2,4% en 2016 et 1,7% en 2015. Une aubaine pour la Cades qui tire ses ressources essentiellement de la CSG et de la CRDS.

Epargne numérique, une gestion qui ne séduit pas

Un problème de confiance nourri par une appréhension naturelle envers les robots-conseillers et leurs algorithmes, les solutions d’épargne digitale ne font pas l’unanimité auprès des Français, pourtant si dépensiers sur la toile… Selon le cabinet Deloitte, 56 % des épargnants ne connaissent pas du tout ces solutions et seulement 28 % en ont juste entendu parler. Dans l’ensemble, 41 % ont « besoin d’un contact humain. » Les beaux jours de l’épargne numérique sont encore loin !

Le produit net bancaire de nos banques passé au crible

Si les banques françaises ont naturellement souffert de la crise financière, elles n’ont pas pour autant réduit massivement leur produit net bancaire (PNB) entre 2010 et 2016. Ce n’est pas sur les marges nettes d’intérêt qu’elles ont fait leur beurre – puisque la pression sur les taux a été très forte sur la période – mais sur les commissions nettes qui ont massivement généré du chiffre. Chez BPCE et la Banque Postale, ces ressources représentent respectivement 36,4 % et 42,6 % de leur PNB en 2016. La bonne tenue des marchés financiers sur la période a aussi fait gonfler les autres revenus issus de plus-values, marges de négociation, etc.

Dans le reste de l’actualité

Coup d’arrêt de l’importation de gaz russe et norvégien par les pays de l’Europe du Sud après une explosion majeure à Baumgarten en Autriche, un des principaux hubs européens de distribution de gaz, près de la frontière slovaque.

Ryanair est confronté à sa toute première grève de pilotes en 30 ans d’existence.

Calendrier macro-économique

  • 08h00 : indice des prix à la consommation (Allemagne)
  • 10h30 : taux de chômage (Royaume-Uni)
  • 11h00 : production industrielle (zone euro)
  • 14h30 : indice des prix à la consommation (Etats-Unis)
  • 16h30 : stocks de pétrole brut (Etats-Unis)
  • 20h00 : communiqué du FOMC et décision de la Fed sur les taux d’intérêt (Etats-Unis)

Benjamin Frazer

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !