Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 10 novembre 2020

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

Le vaccin

Après l’épisode sur les élections présidentielles américaines, les investisseurs se sont à nouveau focalisés sur la pandémie. Ils ont été servis hier midi avec l’annonce de Pfizer et BioNTech au sujet d’un candidat-vaccin prometteur. S’il en est encore au stade 3 des essais cliniques (expérimentation à grande échelle) avant l’ultime étape de demande d’autorisation de mise sur le marché, les résultats s’avèrent très encourageants : il serait « efficace à 90 % ».

La cocotte-minute

Il n’en a pas fallu plus pour faire exploser les Bourses à la hausse. La séance a vraiment été exceptionnelle : +6,4 % pour l’Euro Stoxx 50 (indice européen), +2,9 % pour le DJ 30 (indice américain) ou encore +4,7 % pour le FTSE 100 (indice britannique).  Surtout, la hausse a été portée par les groupes ayant été massacrés pendant la crise. Quelques exemples français : +27,5 % pour Air France-KLM, +25,1 % pour Aéroports de Paris, +21,6 % pour Accor ou encore +21,2 % pour Mercialys. A l’inverse, les valeurs de la technologie et de la santé ont été vendues : -11,7 % pour Biomérieux, -10,5 % pour Sartorius ou encore -5,4 % pour Ubisoft.

La bonne nouvelle

Etant donné que ce confinement ressemble peu au précédent, les anticipations de baisse du PIB français sont moins alarmantes. La Banque de France s’attend à un recul de 12 % pour le mois de novembre. En comparaison, en avril, le PIB s’était effondré de 31 %. L’exemple le plus marquant est celui du secteur de la construction : -65 % en avril contre -8 % anticipé en novembre. Au global, toujours selon la Banque de France, le PIB français 2020 est attendu en recul de 9 à 10 % (dépendant du prolongement ou non du confinement).

Plus de dettes que d’impôts

2020 sera une année exceptionnelle à bien des égards, notamment celui du financement de l’Etat français. Historiquement, les recettes fiscales sont logiquement son premier levier de financement. Or cette année, l’Etat va se financer autant par l’impôt que par l’endettement. Corona-crise oblige : les recettes fiscales baissent du fait de l’activité ralentie et l’endettement augmente pour panser les plaies. A la fin de l’année, le ratio de dettes publiques sur PIB devrait atteindre 119,8 % (98,1 % un an plus tôt).

Dans le reste de l’actualité

L’UE annonce des droits de douane supplémentaires sur des produits américains.

Saint-Gobain cède Lapeyre au fonds de redressement coté allemand Mutares.

Calendrier macro-économique

07h30 : taux de chômage (France)

08h00 : taux de chômage (Royaume-Uni)

11h00 : indice ZEW du sentiment économique (Allemagne)

11h00 : indice ZEW du sentiment économique (zone euro)

16h00 : rapport JOLTS sur les nouvelles offres d’emploi (Etats-Unis)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !