Breakfast News
Un autre regard sur l'actualité du jour
breakfast-club-icon

Breakfast News | 10 mai 2019

8

Benjamin Frazer, Associé chez Investeam.

Conseil en investissements obligataires sur mesure pour les institutionnels et organismes sans but lucratif.

Rédigées par Benjamin Frazer, Conseiller en investissements financiers chez Investeam Wealth

Entrée en bourse spéculative

C’est le jour de l’introduction en Bourse d’Uber ! La stratégie des spéculateurs visant à vendre à découvert les titres de son concurrent Lyft pour faire baisser sa valorisation, et donc par extension celle d’Uber, a fonctionné. Fixé en bas de fourchette (45 dollars), le cours d’introduction devrait valoriser Uber autour de 80 milliards de dollars (au lieu de 100 prévus initialement).

Comment participer à une introduction en Bourse ?

De 1980 à 2017, la moyenne des gains des introductions en Bourse aux Etats-Unis sur la première journée de cotation est de 17,9 %. Elle est de 21,9 % après 3 ans. Toujours sur 3 ans, rapportée au reste du marché et à son secteur, la moyenne devient négative : respectivement à -17,9 % et -7,1 %. Pour conclure, il est rentable de participer à une introduction en Bourse uniquement le premier jour en souscrivant en amont. Toutes les autres options ne paient pas dans la durée.

La faute aux Américains et aux Chinois

Mercredi soir, Trump déclarait que les Chinois avaient « cassé l’accord » et qu’ils « allaient le payer ».  Aujourd’hui commencent à courir les droits de douane rehaussés à 25 % pour plus de 200 milliards de produits chinois. A l’annonce de cette hausse, l’administration chinoise ripostait en déclarant que de lourdes représailles pourraient en découler. Hier, le président américain évoquait un appel téléphonique avec son homologue chinois et envisageait quand même un accord d’ici la fin de la semaine. Ces péripéties ont bousculé les marchés : le S&P 500, le CSI 300 et l’Euro Stoxx 50 baissent respectivement de 2,5 %, 8 % et 4 % depuis le début du mois.

Le vacillement de l’accord sur le nucléaire iranien

Mercredi, l’Iran posait un ultimatum de deux mois aux pays signataires de l’accord sur le nucléaire de 2015 afin qu’ils « respectent leurs engagements » – à savoir reprendre des relations économiques avec le pays – sous peine de, à son tour, ne plus les tenir et reprendre la production d’uranium et la construction de réacteurs nucléaires. Dans le même temps, les Etats-Unis, sortis de cet accord depuis un an, durcissaient leurs sanctions envers l’Iran en élargissant l’interdiction d’exportation de l’acier, le fer, l’aluminium et le cuivre en plus du pétrole. Hier, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, pourtant critiques sur la décision américaine de sortir de l’accord, rejetaient en bloc les menaces et la pression exercée par Téhéran qui semble ainsi récolter un effet inverse à celui attendu.

Dans le reste de l’actualité

Le CSA refuse que BFM TV diffuse la finale de la Ligue des Champions.

Heetch se lance en Afrique.

En France, la participation attendue pour le scrutin européen du 26 mai est de 41 %.

Calendrier macro-économique

08h00 : balance commerciale (Allemagne)

08h45 : production industrielle (France)

08h45 : emploi salarié non agricole (France)

10h30 : investissement des entreprises (Royaume-Uni)

10h30 : croissance du PIB (Royaume-Uni)

10h30 : productions industrielle et manufacturière (Royaume-Uni)

10h30 : balance commerciale (Royaume-Uni)

14h30 : indice des prix à la consommation (Etats-Unis)

18h00 : rapport WASDE (Etats-Unis)

Recevez notre breakfast news!

3 fois par semaine dans votre boîte mail, recevez l’essentiel de l’actualité financière résumé pour une lecture en moins de 3 minutes !