Yoshihito Edamura
Economiste

Setsuko Yano
Analyste recherche macro ESG

Ressources en eau : défis et opportunités pour le japon | 14 Novembre 2022 |  Investissements et marchés

  • Avec l’accroissement continu de la demande en eau parallèlement à la croissance démographique et économique mondiale, la rareté des ressources en eau risque de devenir un problème encore plus aigu.
  • L’insuffisance des ressources en eau a un impact négatif grave sur la société et l’économie.
  • Les entreprises sont tenues de comprendre leur dépendance vis-à-vis des ressources en eau et l’impact de leurs activités, et de gérer correctement les risques liés aux ressources en eau, tout en recherchant des opportunités commerciales qui contribuent à résoudre les problèmes liés aux ressources en eau.

Cet été, diverses régions du monde ont été touchées par des phénomènes météorologiques extrêmes. Certaines ont connu de fortes précipitations, comme le Pakistan qui a subi d’importantes inondations allant jusqu’à submerger environ un tiers du pays ; d’autres ont connu de graves sécheresses. L’Europe a également souffert d’une vague de chaleur record cet été. L’Observatoire européen de la sécheresse de la Commission européenne a indiqué que les conditions de sécheresse en Europe au mois d’août étaient les pires depuis les 500 dernières années. En Chine, des sécheresses se sont également produites dans les cours moyen et inférieur du fleuve Yangtze, principalement en raison d’une forte vague de chaleur. Les pénuries d’eau dues à ce type de sécheresse ont un impact important sur les zones environnantes.

L’impact du changement climatique a été pointé du doigt comme étant la cause de ces sécheresses et autres phénomènes météorologiques extrêmes. Le sixième rapport d’évaluation du groupe de travail II, publié par le groupe d’experts intergouvernemental des Nations unies sur l’évolution du climat (GIEC), indique que le changement climatique anthropique aggrave la fréquence et l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes.

Les risques pour les ressources en eau

Le Japon est un pays aux ressources en eau abondantes et aux précipitations élevées. Pour autant, il n’est pas à l’abri de ces types de problèmes de ressources en eau qui se posent dans de nombreuses régions du monde. En effet, le Japon dépend indirectement des ressources en eau extérieures à travers ses importations. La nourriture utilise de grandes quantités d’eau dans le processus de production, et le Japon, qui a un faible taux d’autosuffisance alimentaire par rapport aux autres grands pays industrialisés, dépend fortement des importations. Les ressources en eau nécessaires à la production de nourriture et à d’autres importations au Japon sont désignées sous le nom d’eau virtuelle. Selon les estimations du ministère de l’Environnement, l’eau virtuelle au Japon en 2005 s’élevait à environ 80 milliards de m³ (figure 1). Le Japon sera inévitablement affecté si la production de biens importés au Japon est entravée par les problèmes de pénurie d’eau qui se produisent dans le monde entier.

Figure 1. Montants des importations d’eau virtuelle au Japon en 2005

Source : Rapport annuel du ministère de l’Environnement sur l’environnement, la société saine du cycle des matériaux et la biodiversité au Japon 2013.

L’utilisation globale de l’eau

On estime qu’il existe 1,4 milliard de km³ d’eau sur Terre, dont seulement 0,01 % environ d’eau douce facilement accessible aux populations. Selon l’OCDE, la demande mondiale d’eau en 2000 était d’environ 3 600 km³ par an, la plus grande utilisation étant l’irrigation qui représente environ 67 % du total (figure 2). Si l’on examine les tendances passées en matière de consommation d’eau, l’utilisation totale d’eau douce dans le monde a été multipliée par six environ au cours des 100 dernières années, et continue d’augmenter à un rythme constant chaque année. La tendance à la hausse de la demande en eau est entretenue par le développement économique, les changements de comportement en matière de consommation et la croissance de la population mondiale. Ces tendances devraient se poursuivre à l’avenir ; l’OCDE prévoit que la demande mondiale en eau en 2050 sera environ 55 % plus élevée qu’en 2000.

Outre cette augmentation de la demande en eau, les effets susmentionnés du changement climatique et d’autres facteurs signifient que la pénurie d’eau deviendra encore plus aiguë à l’avenir : l’OCDE estime que la proportion de la population mondiale vivant dans des bassins hydrographiques soumis à un stress hydrique sévère atteindra plus de 40 % de la population mondiale d’ici 2050.

Figure 2. Demande mondiale en eau et perspectives

Source : OCDE « Perspectives de l’environnement à l’horizon 2050 »

Les aspects sociaux et économiques de la rareté de l’eau

Ces pénuries d’eau ont un impact négatif important sur la société. L’ONU a identifié l’accès à l’eau comme un droit de l’homme fondamental pour la santé, la dignité et la prospérité de tous. Cependant, seulement 74 % de la population dans le monde ont accès à une eau potable gérée en toute sécurité, tandis que pour 11 % de la population il faut plus de 30 minutes pour obtenir de l’eau potable ou alors l’eau utilisée est insalubre ou de surface. C’est pourquoi l’objectif 6 des Objectifs de développement durable (ODD) prévoit de garantir l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour tous les habitants de la planète (figure 3). En outre, des conflits liés aux ressources en eau se produisent dans de nombreuses régions du monde en raison de problèmes tels que l’allocation des ressources en eau (par exemple, le prélèvement excessif d’eau dans les lacs, les rivières et les nappes phréatiques dans les régions en amont).

Par ailleurs, la pénurie d’eau a également un impact négatif sur l’économie. La Banque mondiale estime que la rareté de l’eau pourrait faire chuter les taux de croissance économique dans certaines régions du monde jusqu’à 6 % d’ici 2050. L’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) estime également que 45 % du PIB mondial sera menacé par la rareté de l’eau d’ici 2050, si la gestion de l’eau se poursuit comme d’habitude et que la productivité de l’eau (PIB par unité d’eau) ne s’améliore pas.

Figure 3. ODD 6 « Eau propre et assainissement »

Source : Global Compact Network Japan.

Les entreprises et les ressources en eau

Les problèmes liés aux ressources en eau peuvent représenter un risque sérieux pour les entreprises. Carbon Disclosure Project (CDP) et Planet Tracker, des ONG environnementales internationales, ont identifié et répertorié les risques liés à l’eau – pouvant conduire les actifs des entreprises à devenir des « Stranded assets » (actifs épaves faisant l’objet d’amortissements ou de dépréciations imprévus ou prématurés) – en 4 catégories : risques physiques, risques réglementaires, risques pour la réputation et le marché, risques techniques (figure 4).

Bien que les questions relatives aux ressources en eau aient tendance à se concentrer sur les aspects négatifs, nous pensons que les investisseurs doivent être conscients du bon côté de la médaille, à savoir le potentiel élevé de solutions contribuant à résoudre les problèmes liés aux ressources en eau. Dans ce contexte, les entreprises devront évaluer leur dépendance aux ressources en eau et gérer les risques de manière appropriée, tout en recherchant des opportunités commerciales qui contribuent à résoudre les problèmes sous-jacents.

Figure 4. Risques liés aux actifs échoués dans le domaine de l’eau

Source: ‘High and Dry: HOW WATER ISSUES ARE STRANDING ASSETS’ Publié par le CDP, Planet Tracke

Note : couvre un large éventail de risques liés à l’eau, tels que les inondations, ainsi que la rareté des ressources en eau.

Le potentiel commercial de l’eau et les entreprises japonaises

Après avoir exploré les risques associés aux ressources en eau, les entreprises du monde entier considèrent naturellement l’activité de traitement de l’eau comme une opportunité commerciale majeure et visent à augmenter leurs bénéfices sur les marchés où elles sont présentes. Si l’on examine le potentiel commercial des pays du monde entier, on constate une corrélation positive entre le PIB par habitant et les taux de pénétration de l’eau et des eaux usées. Les entreprises doivent adopter une approche individuelle pour chaque marché, et nous voyons le potentiel d’énormes opportunités commerciales dans les marchés émergents où les taux de pénétration de l’eau et des eaux usées s’améliorent. Sur les marchés développés, on peut s’attendre à une demande de renouvellement et de technologies avancées telles que la transformation numérique. Bien que la position mondiale des entreprises japonaises dans le secteur de l’eau ne soit pas considérée comme élevée, le marché du traitement membranaire de l’eau est le marché dans lequel les entreprises japonaises ont la plus grande part. Comme l’augmentation rapide de la population mondiale et d’autres facteurs font qu’il est plus difficile de garantir à la fois la « quantité » et la « qualité » de l’eau par la seule purification naturelle, la technologie de traitement par membrane pour des processus de haute qualité, à grande vitesse et économes en énergie, est considérée comme une technologie essentielle pour l’avenir. Dans ce domaine, les principales entreprises japonaises telles que Toray Industries, Toyobo, Mitsubishi Chemical et Asahi Kasei détiennent les parts les plus importantes du marché des membranes de traitement de l’eau. Actuellement, la contribution aux ventes et aux bénéfices de ces secteurs d’activité est limitée, mais le taux annuel de croissance des bénéfices devrait augmenter régulièrement, et nous pensons que les investisseurs voudront concentrer leur attention sur ce secteur dans une perspective à long terme.

Avertissement.

AMO Tokyo est réglementée par l’Agence des services financiers du Japon et exerce son activité de conseil en investissement discrétionnaire en tant que conseiller en investissement enregistré et agréé en vertu de la loi japonaise sur les instruments financiers et les échanges.

Cette documentation a été préparée par Asset Management One Co Ltd.

Cette documentation doit être utilisée uniquement par l’investisseur à qui elle est distribuée.

Cette documentation a pour seul but de fournir des informations et n’est pas destinée à être utilisée pour solliciter des investissements.

Cette documentation a été préparée à l’aide de données qu’Asset Management One Co Ltd a jugées fiables, y compris des données provenant de sources tierces. Cependant, Asset Management One Co Ltd ne garantit ni leur exhaustivité ni leur exactitude. De plus, les données publiées ne sont qu’une indication des performances passées et ne constituent pas une garantie des performances futures.

Les contenus inclus dans cette documentation ne sont actuels qu’à la date de préparation de cette documentation (14 octobre 2022) et sont susceptibles d’être modifiés sans préavis.

La propriété intellectuelle et tous les autres droits relatifs aux données publiées dans cette documentation, y compris les indices de référence, restent la propriété de l’éditeur et du concédant de licence.

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser