Yuko Iizuka, Economiste,
AMO

L’économie japonaise résiste au ralentissement de ses homologues mondiaux | 12 septembre 2022 | Investissements & Marchés

L’économie japonaise devrait rester résistante malgré une normalisation plus lente de l’activité, contrairement à l’Europe et aux États-Unis où la crainte d’une récession est devenue une préoccupation majeure, alors que le marché se concentre sur les résultats des entreprises et les tendances économiques au second semestre.

« La normalisation retardée
de l’économie japonaise »

Les données préliminaires indiquent que le PIB réel du Japon a augmenté au second trimestre à un taux annualisé de 2,2% par rapport au premier, grâce à la reprise de l’activité économique sous l’effet de la levée en mars des mesures de prévention de la pandémie. Cependant, contrairement aux États-Unis et à l’Europe, le PIB japonais n’a pas encore retrouvé ses niveaux d’avant Covid 2019 (figure 1). Cela s’explique par le fait que le gouvernement japonais a imposé des restrictions sociales jusqu’à la fin de la sixième vague, au cours du premier trimestre 2022, alors que les États-Unis et l’Europe ont assoupli dans le même temps les restrictions sociales et opté pour un retour à la normale avec la mise en place de politiques Covid.

PIB réel des principales économies développées (figure 1)

Source : Refinitiv. Période : données trimestrielles du 1T2020 au 2T2022. Note : 2019 = 100

Quatre facteurs devraient maintenir l’économie japonaise sur la voie de la reprise.

  1. La demande d’investissements en capital

Le principal moteur de la reprise économique au cours de cet exercice est la forte demande d’investissements en capital, qui a stagné ces dernières années en raison de la hausse de la taxe sur la consommation en 2019 et de la pandémie qui a suivi. L’enquête Tankan de juin de la Banque du Japon (BoJ) sur les perspectives a montré une augmentation de 13,1% en glissement annuel (la plus forte croissance depuis des années) des plans d’investissement en capital qui comprennent les dépenses en logiciels et en R&D, ce qui traduit un fort appétit d’investissement des entreprises (figure 2).

Plans d’investissement en capital (enquête Tankan de la BoJ) (figure 2)

Source : BoJ. Période : données trimestrielles de l’enquête de mars 2017 à l’enquête de juin 2022.
Note : l’axe horizontal représente les résultats des enquêtes depuis l’enquête initiale (mars) jusqu’à l’enquête de juin de l’année suivante (lorsque les résultats réels sont finalisés), et le graphique montre la variation d’une année sur l’autre (schéma de révision) du plan d’investissement en capital pour chaque période d’enquête. Toutes les industries et entreprises sont incluses dans l’enquête. Le graphique montre le montant des investissements en capital, y compris les logiciels et la recherche et le développement (à l’exclusion des investissements fonciers).

En outre, une enquête de la Banque de développement du Japon a indiqué que les investissements en capital au cours de l’exercice financier actuel retrouveraient les niveaux d’avant l’exercice 2019 de Covid, sous l’impulsion de la reprise des investissements reportés.

Les efforts de décarbonisation—tels que les investissements dans les énergies renouvelables, les technologies d’économie d’énergie et les véhicules électriques, les investissements dans l’automatisation pour pallier la pénurie de main-d’œuvre et promouvoir la réforme du style de travail, ainsi que les investissements dans la transformation numérique— sont les principales raisons de la reprise des investissements en capital. En outre, du point de vue de la sécurité économique, mise en évidence par la pandémie et l’augmentation des risques géopolitiques, des mesures sont prises au sein du gouvernement et des entreprises pour réévaluer et renforcer les capacités de production nationales afin d’éviter les ruptures d’approvisionnement.

  1. La politique monétaire et fiscale

La BoJ a réaffirmé que « l’économie japonaise est toujours en convalescence de l’épidémie tout en subissant la pression à la baisse de la hausse des prix des ressources. Il est nécessaire de soutenir fermement l’économie en persévérant dans l’assouplissement monétaire » et a maintenu sa position d’assouplissement monétaire.

La différence d’orientation de la politique monétaire au Japon par rapport à l’Europe et aux États-Unis a été l’un des facteurs à l’origine de la dépréciation continue du yen depuis mars. Si l’affaiblissement du yen a eu un effet positif sur les revenus des exportateurs, il a logiquement entraîné une hausse des coûts d’importation.

En réponse à la flambée des prix, le gouvernement japonais a mis en place des mesures visant à réduire le poids de l’essence et autres carburants —mesures qui sont en vigueur depuis janvier de cette année et doivent être prolongées à partir d’octobre— ainsi que des mesures visant à contrôler les prix du blé et aliments pour animaux importés. Le prix moyen national de l’essence ordinaire, qui aurait dépassé 200 yens/litre en termes réels, a été maintenu à environ 170 yens. Le Japon dépend des importations pour la plupart de son blé, acheté par le gouvernement puis vendu aux minoteries et entreprises nationales. Le gouvernement devrait maintenir le prix inchangé lors de la prochaine révision régulière des prix en octobre. L’effet des mesures de contrôle des prix prises par le gouvernement sur l’essence et le blé, qui est largement utilisé dans la production de nombreux produits alimentaires tels que le pain et les nouilles, est considérable. Cependant, même avec ces mesures, les prix à la consommation globaux devraient augmenter d’environ 3 % cet automne, entraînant une augmentation annuelle des dépenses d’environ 100 000 yens par ménage de deux personnes ou plus.

  1. Gains et pertes du commerce

Les pertes commerciales se sont accentuées pour atteindre le pire niveau depuis 1980, année à partir de laquelle les statistiques actuelles sont disponibles. La perte totale enregistrée au second trimestre 2022, soit 15,4 trillions de yens en raison des changements dans les différentiels de prix à l’importation et à l’exportation, montre à quel point le pouvoir d’achat du Japon a diminué. Outre les pertes commerciales, les exportations nettes et les revenus nets reçus de l’étranger doivent également être pris en compte pour les gains et pertes des transactions à l’étranger ; les exportations nettes ont été de 0,9 trillion de yens, tandis que les revenus nets reçus de l’étranger ont représenté un excédent record de 24,3 trillions de yens. L’impact net s’élève à environ 8,1 trillions de yens d’excédent, les pertes commerciales et exportations nettes étant effacées par les revenus nets reçus de l’étranger. Cependant, il est également vrai que le fossé se creuse entre les entreprises qui perçoivent des revenus des opérations à l’étranger et celles qui ne se sont pas développées à l’international ou qui sont fortement touchées par l’augmentation des coûts.

En raison des inquiétudes sur le ralentissement de la croissance mondiale, les prix du pétrole et d’autres ressources ont chuté par rapport aux récents sommets. Si nous supposons un prix du pétrole brut WTI de 90 USD par baril et que nous effectuons une estimation basée sur la relation passée entre les termes de l’échange et les prix du pétrole brut, l’impact négatif sur le commerce peut être réduit à environ 3 trillions de yens (figure 3). Nous pensons que les investisseurs devraient continuer à surveiller les tendances des termes de l’échange qui contribuent à améliorer les bénéfices des entreprises.

Gains et pertes liés au commerce (figure 3)

Source : Bureau du Cabinet et NEEDS Financial Quest. Période : données trimestrielles du 1T2005 au 2T2022.
Note : futures de pétrole brut WTI (West Texas Intermediate)

  1. Perspectives de la demande et des économies

Le nombre de personnes nouvellement infectées a atteint un niveau record, mais le gouvernement n’a pas émis de restrictions sur l’activité économique ou les comportements, et la baisse du nombre de personnes qui sortent a été plus faible qu’auparavant (figure 4).

Nombre de personnes nouvellement infectées et données sur la mobilité (figure 4)

Source : rapports de mobilité de la communauté Google et NHK. Période : données quotidiennes du 01/01/22 au 19/08/22. Note : les pourcentages par rapport à la situation avant la propagation de l’infection sont des pourcentages par rapport à la médiane pour chaque jour de la semaine pour la période de 5 semaines du 03/01/20 au 06/02/20.

Dans ce contexte, la normalisation de l’activité économique devrait se poursuivre, car la demande non satisfaite et le niveau élevé de l’épargne se maintiennent en raison des retards dans la normalisation de l’activité de consommation à ce jour (figure 5).

Épargne des ménages (figure 5)

Source : Le Bureau du Cabinet. Période : données trimestrielles du 1T2017 au 1T2022

« Les plus grands facteurs de risque viennent de l’extérieur du Japon »

Cependant, le pays est également exposé à des facteurs de risque. Les tendances concernant la propagation de l’infection et son impact sur les activités de consommation sont très incertaines. Le plus grand risque est la détérioration de l’économie mondiale, en particulier aux États-Unis, en Europe et en Chine. Le confinement à Shanghai, en Chine, qui avait provoqué des perturbations dans les réseaux de chaînes d’approvisionnement, a été levé en juin de sorte que la production et les exportations d’automobiles japonaises commencent tout juste à reprendre. Mais des signes d’infection se propagent à nouveau en Chine et des usines sont fermées en raison de pénuries d’électricité. Les commandes de l’étranger pour certaines machines générales semblent avoir atteint un plafond, et la prudence s’impose quant à l’impact du ralentissement économique à l’étranger.

Le Japon a pris du retard par rapport à l’Europe et aux États-Unis dans la normalisation de son activité économique, mais la tendance à la normalisation devrait se poursuivre, avec l’assouplissement des restrictions aux frontières et l’extension des mesures relatives aux voyages domestiques. Par rapport à d’autres grandes économies où l’on observe des ralentissements économiques, la résilience de l’économie japonaise devrait attirer davantage l’attention à l’avenir.

Avertissement. AMO Tokyo est réglementée par l’Agence des services financiers du Japon et exerce son activité de conseil en investissement discrétionnaire en tant que conseiller en investissement enregistré et agréé en vertu de la loi japonaise sur les instruments financiers et les échanges.

Ce document a été préparé par AMO Tokyo à des fins d’information uniquement et ne constitue ni une offre d’achat ou de vente, ni une sollicitation d’une offre d’achat ou de vente d’un titre, d’un instrument ou d’un investissement, ni une sollicitation ou une offre d’un service quelconque (la Transaction) et ne garantit pas la réalisation de la Transaction. Ce matériel est uniquement destiné aux personnes qualifiées de clients professionnels ou de contreparties éligibles selon les règles de la FCA ou de catégories de clients équivalentes dans certaines juridictions, y compris les investisseurs institutionnels et les intermédiaires financiers. Les personnes appartenant à d’autres catégories de clients, y compris les clients de détail et les personnes soumises à des restrictions en vertu des lois sur les valeurs mobilières en vigueur aux États-Unis, au Japon ou ailleurs, ne doivent pas s’y fier ni agir en conséquence. Si vous avez le moindre doute sur les informations contenues dans ce document, veuillez consulter votre conseiller financier.

Les informations et opinions exprimées dans ce document sont basées sur les points de vue de l’équipe d’investissement d’AMO Tokyo, sur des informations accessibles au public et sur des informations qu’AMOI a obtenues légalement et qu’elle considère comme fiables, précises et complètes. Toutefois, AMOI ne garantit pas la fiabilité, l’exactitude ou l’exhaustivité des informations et opinions exprimées dans ce document. En outre, les informations et opinions contenues dans ce document ne sont valables qu’à la date de leur préparation et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis, et elles peuvent être affectées par des changements dans les prémisses initiales dus à des facteurs incluant, mais sans s’y limiter, des changements dans l’environnement du marché, et/ou des modifications dans la comptabilité, la fiscalité et d’autres lois, règles et réglementations applicables. Toutes les illustrations hypothétiques, prévisions et estimations contenues dans ce document sont des déclarations prospectives et sont basées sur diverses hypothèses. Les modifications des hypothèses peuvent avoir un impact important sur les déclarations prospectives. Les hypothèses présentées ici sont strictement hypothétiques, et ce document ne suggère ni ne spécifie tous les risques possibles liés à la Transaction. AMOI ne s’engage pas à mettre à jour les déclarations contenues dans ce document.

La valeur d’un portefeuille d’investissement et les revenus qu’il génère peuvent aussi bien baisser qu’augmenter, et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant initialement investi.  Les performances passées ne constituent pas nécessairement une indication des performances futures.

La décision d’utiliser les informations et les opinions exprimées dans ce document et/ou de conclure la transaction doit être prise sur la base du seul jugement de chaque destinataire individuel de ce document. Il est recommandé à chaque destinataire individuel de ce document de consulter ses conseillers juridiques, d’investissement, comptables, fiscaux et autres conseillers professionnels afin de déterminer de manière indépendante l’adéquation, les risques et les conséquences de la Transaction avant de prendre une telle décision. Rien dans ce document ne constitue une obligation pour le destinataire du document ou pour AMOI de conclure la Transaction. Le contenu de ce document est uniquement valable à la date à laquelle il a été rédigé (2 septembre 2022) et peut être modifié sans préavis.

S’abonner à nos actualités

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

Retrouvez également nos Breakfast News sur nos réseaux sociaux

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser