Kevin McCreadie,
AGF

Récession en vue ? | 30 juin 2022 | Investissements & Marchés

Le mot « récession » court de plus en plus sur toutes les lèvres, alors que la Réserve fédérale américaine et d’autres banques centrales majorent leurs taux de manière énergique pour juguler l’inflation. À quel point les investisseurs devraient-ils être préoccupés ?

La probabilité d’une récession est beaucoup plus élevée aujourd’hui qu’il y a quelques semaines. Certes, elle pourrait plutôt frapper l’an prochain, mais elle pointe dans un horizon assez rapproché, étant donné la position extrêmement ferme des banques centrales présentement. En fait, bien que certaines économies continuent de fonctionner à un niveau de quasi-plein emploi, il ne fait aucun doute que les consommateurs auront du mal à composer avec des taux d’inflation et d’intérêt plus élevés, comme déjà en font foi les signes de ralentissement des dépenses. Par exemple, les ventes au détail aux États-Unis ont reculé de façon inattendue de 0,4 % d’un mois sur l’autre en mai, et ont également été révisées à la baisse pour les deux mois précédents, selon le Bureau du recensement des États-Unis.

Cependant, d’autres données quant aux dépenses de consommation sont également de plus en plus inquiétantes. En effet, non seulement la demande de biens a commencé à ralentir, mais celle de services — comme les restaurants et les bars ainsi que les voyages aériens, entre autres — pourrait également s’étioler. Il ne faut pas oublier qu’il était largement prévu que notre penchant à acquérir des « choses » se normaliserait et laisserait place à celui de vivre des « expériences », quand les économies seraient réouvertes, après la pire période de pandémie. De manière générale, c’est ce qui s’est produit jusqu’à présent. Pourtant, ce changement pourrait être plus éphémère que prévu, selon Barclays Capital, dont l’analyse des données relatives aux cartes de crédit montre que les Américains, qu’ils aient des revenus élevés ou faibles, ont moins dépensé en services au cours des quatre à six derniers mois.

Bien sûr, l’inflation et les prix plus élevés, plus particulièrement ceux du pétrole et des denrées alimentaires, expliquent en grande partie cette tendance. Les gens doivent tout simplement faire plus attention à leurs dépenses discrétionnaires. Mais des taux d’intérêt supérieurs commencent probablement aussi à faire sentir leurs effets. Par exemple, le taux d’intérêt de la carte de crédit moyenne dépasse 20 % (voir le graphique), ce qui pèse particulièrement lourd auprès des consommateurs qui utilisent des cartes de crédit pour aider à financer les budgets de ménage.

Flambée des frais d’intérêt sur les cartes de crédit aux États-Unis

Source : Bloomberg LP, selon les données historiques de la Fed et les données récentes de Lendingtree, au 26 juin 2022.

Qui plus est, la situation pourrait devenir encore plus délicate. La Fed (et d’autres banques centrales) semble déterminée à juguler l’inflation par tous les moyens possibles et continuera probablement à majorer ses taux jusqu’à ce qu’elle y parvienne. La question est de savoir si elle peut atteindre son objectif sans plomber la croissance économique par le fait même.

Néanmoins, il y a peut-être une lueur d’espoir pour l’économie si les stocks viennent à s’accumuler en raison du refroidissement de la demande – cela obligerait les sociétés à diminuer leurs commandes, ce qui réduirait les prix des produits de base et atténuerait bon nombre des pressions inflationnistes. Par conséquent, les banques centrales n’auraient peut-être pas besoin d’être aussi énergiques que ne le prévoit le marché.

Qu’est-ce que cela signifie pour les investisseurs ?

Il est presque certain qu’il faut s’attendre à plus de volatilité. Bien que les marchés boursiers aient considérablement reculé cette année, ils peuvent ne pas avoir pleinement actualisé une récession si celle-ci devait se produire. Cela étant dit, les valorisations commencent à être plus intéressantes qu’elles ne l’ont été depuis longtemps et les occasions d’achat devraient se multiplier au cours des prochains mois.

Dans une telle conjoncture, la répartition de l’actif jouera un rôle très important, mais atteindre le juste équilibre ne sera pas facile. En fonction des objectifs individuels, il peut encore être judicieux pour certains de surpondérer légèrement les actions au sein d’un portefeuille composé à 60 % d’actions à et 40 % d’obligations, mais il est plus difficile de savoir quoi faire avec les titres à revenu fixe. Certes, les rendements obligataires pourraient augmenter davantage – réduisant les prix des obligations – si les banques centrales majorent leurs taux encore plus rapidement au cours des mois à venir, mais ils pourraient aussi diminuer si les signes d’un ralentissement économique deviennent plus évidents d’ici là. En fait, cela est peut-être déjà le cas.

De plus, il faut tenir compte du potentiel de générer des revenus. Les rendements nominaux actuels ont atteint leurs niveaux les plus attrayants depuis plusieurs années, ce qui pourrait inciter de nombreux investisseurs à accroître leur participation aux obligations, et ce, en dépit de la direction que pourraient prendre les rendements.

La plupart des investisseurs pourraient bénéficier du maintien de soldes de trésorerie plus élevés que la normale au sein de leurs portefeuilles, tout en investissant une partie de ces derniers dans des instruments « alternatifs » qui peuvent contribuer à atténuer la volatilité, entre autres choses.

Du point de vue des actions, le fait de mieux comprendre l’impact du contexte inflationniste actuel sur un secteur ou sur une société en particulier représente l’une des façons de séparer les occasions des risques. Par exemple, la plupart des sociétés doivent présentement composer avec des pressions salariales ; mais, si vous considérez les banques ou les sociétés de logiciel, il s’agit plus ou moins de leur seul gros point de friction. En revanche, un fabricant de biens doit non seulement faire face à la perspective d’une hausse des coûts de la main-d’œuvre, mais aussi à l’augmentation des prix des matières premières ou de l’énergie nécessaires pour mélanger, fabriquer ou expédier ce qu’il produit.

Cela ne veut pas dire que les sociétés confrontées à de multiples pressions inflationnistes ne peuvent pas s’avérer de bons investissements dans cet environnement. Cela ne signifie pas non plus que les sociétés qui ont moins de soucis constituent des occasions sûres. Toutefois, cela suggère qu’il sera essentiel de mettre l’accent sur la qualité pour traverser les prochains mois. Après tout, les sociétés qui résisteront le mieux aux hausses des taux d’inflation et d’intérêt seront probablement celles qui détiennent un pouvoir de fixation des prix et, par ricochet, celles qui ont les bilans les plus solides et la capacité de continuer à générer des flux de trésorerie disponibles, malgré ces coûts plus élevés.

Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement les opinions d’AGF, de ses filiales ou de ses sociétés affiliées, et ne peuvent être associés à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement.

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général et sont fondés sur l’information disponible au 27 juin 2022. Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils exhaustifs en matière de placement applicables à la situation d’une personne en particulier. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et Placements AGF n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document.

« Bloomberg® » est une marque de service de Bloomberg Finance L.P. et de ses sociétés affiliées, y compris Bloomberg Index Services Limited (« BISL ») (collectivement, « Bloomberg »). Ces marques ont été concédées sous licence aux fins de certaines utilisations par La Société de Gestion AGF Limitée et ses filiales. Bloomberg n’est pas affiliée à La Société de Gestion AGF Limitée ou à ses filiales et elle ne donne ni approbation, ni appui, ni examen, ni recommandation à l’égard de tout produit de La Société de Gestion AGF Limitée ou de ses filiales. Bloomberg ne garantit pas la pertinence, l’exactitude ou l’exhaustivité des données ou des renseignements relatifs à tout produit de La Société de Gestion AGF Limitée ou de ses filiales.

Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (PAGFI), AGF Investments America Inc. (AGFA), AGF Investments LLC (AGFUS) et AGF International Advisors Company Limited (AGFIA). AGFA et AGFUS sont inscrites aux États-Unis à titre de conseillers. PAGFI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières à travers le Canada. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

MD Le logo « AGF » est une marque déposée de La Société de Gestion AGF Limitée et est utilisé aux termes de licences.

S’abonner à nos actualités

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

Retrouvez également nos Breakfast News sur nos réseaux sociaux

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser