Matt Breider, Gestionnaire de portefeuille,
ECOFIN Invest

Le rôle des énergies renouvelables dans la sécurité énergétique mondiale | 07 Juin 2022 | Investissements & Marchés

En matière de sécurité énergétique, la première question qui vient à l’esprit est de savoir comment l’Europe et les autres grands importateurs de pétrole et de gaz russes vont gérer leurs approvisionnements en énergie et d’où viendront ces derniers. Il convient également de se demander comment les petites économies émergentes—qui connaissent une croissance de la demande d’électricité de 4 à 8 % par an et doivent trouver un moyen de la financer— vont faire face à la situation. Le charbon n’est plus à l’ordre du jour et peu de populations, où que ce soit, sont disposées à développer son utilisation devant leur porte.

La perspective d’importer beaucoup de gaz naturel liquéfié (GNL) est peu attrayante pour de nombreux pays moins développés, car elle peut les rendre dépendants de l’énergie étrangère — ce qui invalide l’intérêt d’une recherche de sécurité énergétique— et, bien sûr, cela coûte beaucoup d’argent. D’un point de vue macroéconomique, la perspective d’être un gros importateur d’énergie est également pénalisante pour le PIB, la balance courante et les réserves de trésorerie du pays. A cela s’ajoutent les prix élevés sur le marché car les grands acteurs comme l’Europe et la Chine continuent d’acheter une grande partie du GNL disponible. Ainsi, pour ces petites économies, l’une des rares options disponibles, et encore relativement compétitives en termes de coûts, est celle des énergies renouvelables.

Malgré les pressions inflationnistes de cette année, qui ont fait grimper le coût de construction des nouveaux projets d’énergie renouvelable, il ne fait aucun doute que ce coût reste nettement inférieur à celui de toute autre solution. Et puis, bien sûr, les énergies renouvelables ont une empreinte 100 % décarbonée. Donc, de notre point de vue, il est probable que de nombreux pays réaménagent leurs cadres réglementaires nationaux pour intégrer davantage d’énergies renouvelables le plus rapidement possible.

Par conséquent, nous sommes plutôt optimistes quant à la carte mondiale de la demande d’énergies renouvelables ; il s’agit, d’une manière très rationnelle sur le plan économique, d’accroître l’offre d’énergie. Le seul problème est que les énergies renouvelables sont une ressource intermittente et que, dans de nombreuses régions du monde, les réseaux ne sont pas encore très stables ou bien développés. Il faudra donc un actif complémentaire comme énergie de secours ou de réserve pour améliorer l’intégrité des réseaux et permettre la croissance. Néanmoins, ces pays pourraient commencer à satisfaire leur demande croissante d’électricité sur le plan national en réduisant les liquidités qui quittent le pays pour acheter de l’énergie. Cela signifie que les énergies renouvelables devraient continuer à être la principale source de croissance de l’électricité dans le monde, comme c’est le cas depuis trois ans. Les énergies renouvelables représentent en effet la part du lion des dépenses d’investissement dans la croissance de la nouvelle production d’électricité au niveau mondial.

Aux États-Unis, la situation est différente, car le plan Build Back Better n’a pas été adopté pour une foule de raisons, et il n’est pas certain que nous ayons bientôt un projet de loi global sur l’énergie. Sans visibilité sur le cadre réglementaire des futurs projets d’énergies renouvelables, il devient difficile pour les développeurs d’investir des capitaux car ils ne peuvent pas quantifier les structures de coûts sous-jacentes. Nombreux sont ceux qui ne veulent pas construire un projet aujourd’hui s’il doit être subventionné demain. Nous devons donc déblayer le terrain aux États-Unis et obtenir la mise en place d’un cadre réglementaire, juridique ou législatif afin d’assurer la visibilité et la compréhension de la manière dont le système est censé fonctionner.

En matière de sécurité énergétique et d’impact sur les énergies renouvelables, le dernier élément clé à retenir est que nous avons besoin de beaucoup plus de capacités de fabrication et de production nationales construites dans le monde entier. Aux États-Unis, le ministère du commerce mène actuellement une enquête sur la possibilité que la Chine ait contourné les droits de douane sur les panneaux solaires entrant aux États-Unis, ce qui a fortement contribué à une approche attentiste de la part des promoteurs et, par conséquent, à une forte baisse de l’activité d’installation des énergies renouvelables à grande échelle aux États-Unis depuis le début de l’année. Ce problème de contournement étant déjà dans notre ligne de mire, nous nous sommes engagés avec les sociétés de notre portefeuille à s’assurer qu’elles disposent de chaînes d’approvisionnement très diversifiées pour l’énergie solaire, plutôt que de dépendre uniquement d’une ou deux sources asiatiques. Cette question semble pouvoir être résolue sous peu, car l’administration Biden devrait annoncer une nouvelle exemption tarifaire de deux ans sur les panneaux solaires en provenance d’Asie du Sud-Est. Cela lève une partie de l’incertitude à court terme et permet la reprise de nouveaux projets solaires tout en gagnant du temps pour que davantage de chaînes d’approvisionnement américaines soient mises en place.

Des exemples sont déjà visibles en Inde, qui exige un contenu local beaucoup plus important pour la mise en place d’actifs liés aux énergies renouvelables. L’Inde veut posséder une plus grande partie de la chaîne de valeur, et c’est tout à fait logique. La Chine a enregistré un excédent d’exportation de 4,1 milliards de dollars dans le secteur de l’énergie solaire pour le seul mois de mars, ce qui représente un marché d’exportation d’environ 50 milliards de dollars par an, avec une part de marché de 80 %1. Il n’est pas viable de soutenir la croissance mondiale du développement des énergies renouvelables en concédant à la Chine une si grande partie des fonds destinés aux équipements. À un moment donné, ce modèle se brisera.

Il s’agit donc d’un risque ESG clé, ou d’un risque commercial clé, qui doit être résolu par la diversification de l’approvisionnement, et nous nous attendons à ce que de nombreuses installations de fabrication d’énergies renouvelables soient construites dans le monde au cours des trois prochaines années. n

1 Source : Association chinoise de l’industrie photovoltaïque (CPIA)

Avertissement. Ecofin Advisors Limited (« Ecofin UK ») est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority et est enregistrée auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission en tant que conseiller en investissement. Ce commentaire contient certaines déclarations qui peuvent inclure des « déclarations prospectives ». Toutes les déclarations, autres que les déclarations de faits historiques, incluses dans le présent document sont des « déclarations prospectives ». Même si Ecofin UK estime que les attentes reflétées dans ces déclarations prospectives sont raisonnables, elles impliquent des hypothèses, des risques et des incertitudes, et ces attentes peuvent s’avérer incorrectes ; les événements réels peuvent différer sensiblement de ceux prévus dans ces déclarations prospectives en raison d’une variété de facteurs. Vous ne devez pas accorder une confiance excessive à ces déclarations prospectives qui ne sont valables qu’à la date de la présente publication. Ecofin UK ne s’engage pas à mettre à jour ces déclarations prospectives. Les points de vue et les opinions exprimés dans ce commentaire sont ceux de la date de publication et sont susceptibles d’être modifiés. Ce document ne doit pas être considéré comme un conseil en matière d’investissement ou de fiscalité et n’est pas destiné à prédire ou à décrire la performance d’un investissement ou d’un fonds géré par Ecofin UK. Cette publication est fournie à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre de vente ou une sollicitation d’une offre d’achat de titres.

S’abonner à nos actualités

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

Retrouvez également nos Breakfast News sur nos réseaux sociaux

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser