Kevin McCreadie, MBA, CFA
AGF Capital

Les effets d’un resserrement de la politique monétaire se font sentir | 19 Janvier 2022 | Investissements & Marchés

L’inflation doit-elle être freinée par les banques centrales ? Ou ralentira-t-elle naturellement, lorsque les dispositifs de relance des gouvernements s’épuiseront et que les conditions économiques reviendront à la normale, après le passage de la dernière vague en date de la pandémie ? Kevin McCreadie, chef de la direction et des investissements d’AGF, explique en quoi les mesures envisagées en réponse à cette question inquiètent les investisseurs et pourquoi tout semble réuni pour que la volatilité du marché s’accroisse à l’avenir.

Comme vous l’aviez annoncé dans les Perspectives d’AGF, l’inflation et la hausse escomptée des taux d’intérêt ont accentué la volatilité des marchés en ce début d’année. Y a-t-il quelque chose qui vous a surpris dans le repli récemment observé sur les marchés boursiers et dans l’augmentation subséquente des taux de rendement obligataire ?

Les marchés suivent, dans les grandes lignes, la trajectoire que nous avions anticipée, et ce, pour les raisons que nous avions majoritairement pressenties. Cela dit, les dernières semaines n’ont pas été entièrement prévisibles, pour autant.

Tout d’abord, la Réserve fédérale américaine a adopté un ton plus tranché à propos d’un resserrement de sa politique, au vu de la montée de l’inflation par rapport à ce qu’elle était, il y a quelques mois. Il faut se rappeler que la Fed n’a commencé à réduire son programme d’assouplissement quantitatif qu’en novembre, et qu’elle a attendu la mi-décembre pour revoir son diagramme des taux d’intérêt : elle table désormais sur trois hausses en 2022 et trois autres en 2023, alors que, avant cela, la plupart des membres de la Fed prévoyaient une seule hausse pour cette année.

Par ailleurs, dans son compte rendu de sa réunion de décembre, la Fed détaille son plan visant à réduire son bilan, qui frôle aujourd’hui les 9 000 milliards $US. Pour cela, elle commencera par ne plus renouveler ses obligations à échéance, et ce, peu de temps après avoir entamé le relèvement de ses taux. Par conséquent, non seulement la plupart des investisseurs sont confrontés à une hausse certaine des taux d’intérêt cette année, mais, maintenant, ils font face à la perspective d’un resserrement quantitatif, ce qui réduira la liquidité du marché bien plus tôt que ce que la majorité d’entre eux avaient envisagé.

Tous ces événements ont provoqué le magistral recul observé parmi les actions de sociétés de croissance à long terme, dont les bénéfices, voire la capacité de générer un profit, sont plus vulnérables à la hausse des taux d’intérêt que ceux des titres cycliques axés sur la valeur, lesquels ont été plus performants dernièrement. Bien entendu, un autre point vient attiser cette rotation : de nombreuses actions de croissance ont vu leurs évaluations s’accroître excessivement par rapport à celles des titres axés sur la valeur, ces dernières années, et une correction était peut-être nécessaire dans tous les cas.

Autrement dit, le marché s’ajuste en prévision de conditions monétaires bien plus strictes que celles auxquelles les investisseurs étaient habitués ces deux dernières années. Certes, le processus est éprouvant, mais, si la Fed et d’autres banques centrales adoptent une approche modérée, cela pourrait donner lieu à de nouvelles occasions, de même qu’à des rendements boursiers supérieurs à ceux observés jusqu’à présent cette année.

Qu’adviendra-t-il si la Fed ne fait pas preuve de modération et que son plan visant à resserrer la politique monétaire s’avère trop rigoureux ?

La Fed et d’autres banques centrales, y compris la Banque du Canada (BdC), ont de bonnes raisons de vouloir se montrer peu conciliantes. La principale est, bien sûr, de juguler l’inflation, dont le rythme est le plus soutenu depuis des décennies et dont le taux est nettement supérieur à l’objectif fixé par les banques centrales, aux États-Unis comme au Canada. De plus, un resserrement dans l’immédiat – alors que l’économie progresse à un bon rythme – signifie que la Fed et la BdC seront mieux positionnées pour assouplir leurs politiques la prochaine fois que la croissance économique vacillera de façon grave et prolongée.

Le risque qui se pose aux investisseurs n’est donc pas tant celui du resserrement que celui de sa mise en œuvre : la préoccupation majeure concerne la possibilité que les banques centrales commettent une erreur qui, en raison d’un resserrement excessif, entraînerait un ralentissement économique. Cette préoccupation est bien présente chez les investisseurs qui pensent que l’inflation diminuera au cours des prochains mois, indépendamment des programmes prévus par la Fed et les autres banques centrales.

Toutefois, même ceux qui estiment qu’il faudra plusieurs hausses des taux pour maîtriser l’inflation doivent faire preuve de prudence : les risques liés à un resserrement exagéré ou trop rapide de la politique monétaire sont élevés et pourraient déboucher sur une volatilité encore plus forte que celle observée aujourd’hui.

Que dire de l’incidence, sur les marchés, d’Omicron, ce variant préoccupant récemment décelé dans le contexte de la pandémie ?

À l’automne, le plus dur de la pandémie semblait derrière nous. Puis le variant Omicron est apparu et, en un rien de temps, nous étions à nouveau sur le qui-vive, y compris les investisseurs. Rappelons qu’en l’espace d’une journée, quand la nouvelle de ce variant a fait la une des médias, les marchés boursiers ont enregistré leurs pires liquidations. Depuis, ils ont relégué au second plan Omicron, dont le rôle a été plutôt ténu dans le rendement des actions et obligations, récemment. Cette situation ne devrait pas changer, le nombre de cas et d’hospitalisations étant sur le point de culminer dans plusieurs pays.

Néanmoins, cela ne signifie pas qu’Omicron ne représente plus une menace : il est assurément à l’origine d’un déclin de l’activité économique ces deux derniers mois, et il pourrait faire subsister les perturbations qui touchent actuellement les chaînes d’approvisionnement à l’échelle mondiale, surtout maintenant qu’il a été détecté en Chine, l’un des centres de fabrication les plus actifs dans le monde. Pourtant, s’il y a bien une source d’inquiétude chez les investisseurs ces jours-ci, ce n’est pas Omicron, mais plutôt le resserrement des conditions monétaires qui les guette.

Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement les opinions d’AGF, de ses filiales ou de ses sociétés affiliées, et ne peuvent être associés à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement. Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général et sont fondés sur de l’information disponible au 26 janvier 2022. Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent influer sur les décisions de placement découlant de l’utilisation ou prises sur la foi des renseignements contenus dans cet article. Les références concernant des titres spécifiques sont présentées uniquement pour illustrer l’application de notre philosophie de placement et ne représentent pas tous les titres achetés, vendus ou recommandés pour le portefeuille. Il ne faut pas supposer que les placements dans les titres mentionnés ont été ou seront rentables et ces références ne doivent pas être considérées comme des recommandations de Placements AGF Inc. Le présent document est destiné aux conseillers et vise à les aider à déterminer quels investissements conviennent le mieux aux investisseurs. Tout investisseur devrait consulter son conseiller pour déterminer quels investissements conviennent le mieux selon son portefeuille de placements et ses objectifs personnels à cet égard.

S’abonner à nos actualités

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

Retrouvez également nos Breakfast News sur nos réseaux sociaux

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser