Kevin McCreadie, MBA, CFA
AGF Capital

Tout n’est pas génial | 21 janvier 2021

Tout n’est pas génial

Les marchés boursiers sont à la hausse, mais les investisseurs euphoriques doivent être sur leurs gardes, a déclaré le chef de la direction et chef des investissements d’AGF. L’exubérance irrationnelle tend à déraper en fin de parcours lorsqu’elle n’est pas maîtrisée.

Les marchés boursiers continuent de s’apprécier à un rythme extraordinaire. Sont-ils en mesure de maintenir cette cadence en 2021 ?

Il existe de bonnes raisons fondamentales pour lesquelles les marchés boursiers pourraient terminer l’année à des niveaux encore plus élevés. Entre autres, l’idée que de grands pans de la population à l’échelle mondiale seront vaccinés contre la COVID-19 et qu’un semblant de normalité économique pourra ensuite s’installer ; mais également le fait que les gouvernements et les banques centrales partout dans le monde semblent résolus à employer tous les moyens disponibles pour continuer d’appuyer les économies et les marchés, peu importe les mesures de relance nécessaires jusqu’à ce que la situation se rétablisse.

Ainsi, les investisseurs renouent avec la confiance, ils regardent au-delà des circonstances actuelles – si difficiles soient-elles – et prennent des décisions en fonction de ce qui devrait se produire, et non de ce qui se passe actuellement. Cela semble logique dans une certaine mesure. Il ne faut pas oublier que les marchés sont tournés vers l’avenir et qu’une énorme demande refoulée en matière de dépenses futures se réalisera, sans parler de la hausse du taux d’épargne à un niveau jamais observé depuis des années. Les dépôts bancaires américains, par exemple, ont augmenté de près 30 % d’une année sur l’autre selon certaines estimations – un résultat surtout attribuable aux personnes qui ont continué de travailler pendant la pandémie, mais qui ont eu moins d’occasions de dépenser leur revenu compte tenu du confinement et des mesures de restriction sur l’activité économique.

Une fraction de ces épargnes commence à s’infiltrer sur les marchés, ce qui explique en partie la hausse des marchés boursiers à ce jour ; mais une plus grande proportion de celles-ci sera mise à profit après la pandémie, soit directement au moyen de nouveaux investissements, soit indirectement lorsque les habitudes de dépenses normales en biens et services reprendront et alimenteront davantage les attentes relatives aux bénéfices des sociétés.

Y a-t-il un danger que les investisseurs soient devenus trop optimistes ?

Il pourrait s’agir de la principale préoccupation à l’heure actuelle. Bien sûr, le marché anticipe la reprise économique. En revanche, son actualisation est déjà très avancée et la confiance est devenue si unilatérale que des sections plus « effervescentes » du marché devraient raviver la volatilité à mesure que l’agitation s’atténue.

Prenons l’exemple du Bitcoin qui se négocie actuellement à près de 40 000 US$ et a grimpé de 26 % depuis le début de l’année, et de plus de 320 % depuis avant la pandémie. Ou que dire des étudiants d’universités américaines discutant sur TikTok de la façon dont ils comptent investir leur paiement d’aide gouvernementale de 600 US$ dans tel titre ou tel autre ? Et puis, vous avez cette erreur d’identité en rapport à des commentaires émis récemment par Elon Musk. Il est difficile de comprendre comment une société possédant le même nom que celle dont M. Musk fait la promotion peut s’apprécier de plus de 2 000 % en quelques jours seulement, même s’il est évident qu’aucun lien n’existe entre ces deux sociétés. Effectivement, leurs modèles d’entreprise sont absolument distincts.

Tous ces exemples sont la preuve d’un excès croissant qui nous rappelle beaucoup l’euphorie et l’exubérance irrationnelle précédant la débâcle technologique au début des années 2000. Cela ne veut pas dire que nous nous dirigeons vers une autre correction majeure ou un marché baissier, mais il est plus que raisonnable de s’attendre à ce que les actions et autres actifs à risque subissent d’importants replis pendant quelques semaines voire quelques mois, car ces excès finissent par devenir intenables.

Au-delà de ces excès, existe-t-il d’autres risques potentiels qui pourraient ne pas avoir été pleinement pesés ?

Les investisseurs devraient surveiller les rendements obligataires. Le rendement du bon du Trésor américain à 10 ans a augmenté considérablement ces dernières semaines et, bien que le niveau actuel ne soit pas très préoccupant, le rythme de la hausse pourrait s’avérer un obstacle pour les actions s’il persistait. Qui plus est, l’inflation pourrait devenir une réalité dès le second semestre de l’année. Bien que la Réserve fédérale américaine ait indiqué son intention de ne pas toucher aux taux d’intérêt au cours des deux prochaines années, et ce, même si les prix à la consommation excèdent le taux cible de 2 %, cette décision avait été prise avant que la nouvelle administration à la Maison-Blanche annonce qu’elle prévoyait de dépenser 2 000 milliards US$ supplémentaires. Ainsi, il pourrait être dangereux de supposer que la Fed ne majorera pas les taux si l’inflation s’accélère plus rapidement que prévu. À défaut de cela, nous pourrions également sous-estimer le désaccord politique observé aux États-Unis. Il est déconcertant de constater que les actions étaient en hausse le jour de l’assaut du Capitole, plus tôt en janvier, alors que les obligations d’État, un actif refuge traditionnel, reculaient. Voilà peut-être un autre exemple des excès des marchés, mais les investisseurs ne peuvent négliger le potentiel de risque de nouvelles perturbations. Après tout, l’assermentation de Joe Biden à titre de président des États-Unis ne change pas le fait qu’un pourcentage considérable d’Américains considèrent toujours Donald Trump comme le chef de facto de leur parti. Et cette situation ne dissuadera pas non plus la nouvelle administration quant à la poursuite d’un programme ambitieux de re-règlementation et de hausse des impôts qui pourrait s’avérer défavorable au cours de l’année.

S’abonner à nos actualités

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

Retrouvez également nos Breakfast News sur nos réseaux sociaux

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser