Steven Groslin
ASG Capital

Le Point des gérants | 25 mai 2020 | Editorial

Tohu-Bohu financier

La gestion monétaire de la crise sanitaire de 2020 transgresse les règles antérieures appliquées par les autorités financières. Ce faisant, elle conduit la planète finance vers un nouvel ordre opérationnel sur lequel on peut, d’ores et déjà, émettre quelques observations.

Les crises de 2008 et de 2020 ont mis en lumière des déséquilibres financiers liés à un trop plein de dettes à l’échelle de la planète. Ce surendettement touche autant les nations que les entreprises et les particuliers. Pour répondre à ce déséquilibre, les Banques centrales ont encouragé l’endettement qui atteint désormais des niveaux historiques à travers le monde. Une conséquence inévitable de cette situation sera, à l’avenir et pour très longtemps, l’obligation de maintenir le loyer de l’argent (ou taux d’intérêt) à un niveau bas, à défaut de quoi les nombreux emprunteurs seront dans l’incapacité d’honorer leurs prêts.

Pour répondre au désordre financier de 2020, les Banques centrales sont allées encore plus loin en apportant un financement de dernière minute à travers leurs achats massifs d’actifs obligataires. Elles se sont alors substituées aux fonctionnements habituels de ce marché et, en se positionnant ainsi, ont créé des distorsions qui les condamnent à intervenir bien au-delà du règlement de la crise actuelle.

Au regard des sommes engagées par les autorités monétaires, les grands bénéficiaires ont été principalement les plus grosses structures. Si cet artifice a permis un accès à un financement du moment, il ne répond pas nécessairement à la pérennité économique d’une entreprise. Autrement dit, une Banque centrale ne peut pas imprimer, comme de la monnaie, le chiffre d’affaires d’une société ni les emplois qui permettront à des consommateurs d’acheter les produits de cette entité. De plus, dans certains cas, ce financement sert de cache-misère aux structures précaires, vouées en temps normal à disparaître sous le poids de leur propre surendettement et de leur déclin industriel. Cela parait injuste puisque l’allocation de ces ressources financières au bénéfice d’élèves médiocres se fait aux dépens des acteurs économiques potentiellement plus performants dans le temps.

Ces injections monétaires marquent également l’apparition d’une préférence nationale dans l’orientation de ces financements. En effet, ces interventions ayant pour but de relancer l’économie, il paraît logique que des acteurs locaux puissent en profiter en priorité. Cependant, ce type de subventions soulève des questions d’ordre stratégique. Si une Banque centrale intervient massivement pour soutenir ses marchés et ses grandes entreprises, elle doit pouvoir démontrer qu’elle est pleinement capable de le faire sur le court, moyen et long terme. Le contraire lui serait préjudiciable, car la confiance dans son système financier accordée par les argentiers internationaux reste un sentiment fragile. Ainsi, une Banque centrale pourrait se trouver dans l’obligation d’intervenir en permanence pour entretenir cette confiance dans le cadre d’un intérêt stratégique national supérieur.

La crise de 2020 nous conduit donc vers un monde nouveau…

Un monde où l’épargne serait, pour très-très longtemps, faiblement rémunérée afin d’entretenir un stock abyssal de dettes ; un monde d’interventions permanentes et systématiques des autorités monétaires, prenant des allures de système administré sous l’ère communiste ; un monde où l’allocation des ressources est conçue pour préserver principalement de grandes entités moribondes aux dépens de l’outil économique potentiellement productif (composé d’intervenants plus petits et capables de créer les richesses de demain) ; un monde de subventions financières érigées en barrières nationales au service d’un intérêt local supérieur.

S’abonner à nos actualités

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

Retrouvez également nos Breakfast News sur nos réseaux sociaux

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser