Kevin McCreadie, MBA, CFA
AGF Capital

Le Point des gérants | 29 mai 2020 | Editorial

Un vaccin et d’autres catalyseurs du marché

Voilà maintenant 100 jours que les marchés boursiers ont atteint des sommets records avant de plonger en territoire baissier au début du printemps. Le chef de la direction et chef des investissements d’AGF nous livre ses réflexions sur les hauts et les bas éprouvés dans les semaines qui ont suivi et sur ce qu’il faudrait faire pour que la récente reprise du marché se poursuive.

Les prix des actions continuent d’augmenter à mesure que les économies rouvrent dans le monde entier. Est-ce que cette reprise est durable ?

Ce qui s’est passé sur les marchés depuis la fin février est vraiment remarquable. La rapidité ainsi que l’ampleur du repli initial, tout comme de la reprise depuis le creux, sont sans précédent pour moi. L’indice S&P 500 a grimpé de plus de 30 % sans trop d’encombres depuis la fin mars, à part quelques mauvaises journées ici et là. Toutefois, la prochaine étape des marchés en vue d’atteindre leurs sommets enregistrés plus tôt cette année comportera peut-être des obstacles. Bien entendu, l’évolution de la situation dépendra beaucoup de la reprise de l’économie mondiale et de la possibilité de la poursuivre sans revers majeur. Si vous y réfléchissez bien, le véritable événement de type cygne noir n’a peut-être pas été la pandémie, mais plutôt la « fermeture » économique qui en a résulté. Je ne suis pas sûr que quelqu’un l’ait vu venir, donc la relance de l’économie sera primordiale pour que le marché continue de se redresser. Même dans ce cas, il n’est probablement pas raisonnable de penser que tout se déroulera désormais sans heurts. À un moment donné, la fatigue s’installe lors d’une crise de telle ampleur ; il ne serait pas étonnant que les marchés fassent du sur place pendant un certain temps, car les investisseurs attendent des preuves que le redémarrage s’installe, et guettent les nouvelles concernant un vaccin ou un traitement contre le virus.

Est-ce que le marché pourrait reculer de nouveau de manière substantielle ?

Un retour aux niveaux planchers de mars peut ne pas être aussi préoccupant, mais il est toujours possible que les actions chutent de 10 % ou plus par rapport aux niveaux actuels si l’économie reçoit une mauvaise nouvelle. À ce stade-ci de la crise, les incidents qui entraînent des pertes (left tail) sont susceptibles d’avoir plus d’impact sur les marchés que les événements positifs (right tail) qui contribuent à faire monter les marchés. C’est ce qui tend à se produire après une reprise aussi forte des marchés en peu de temps. Les bonnes nouvelles ne font pas autant pencher la balance que les mauvaises. En d’autres termes, si le nombre de nouveaux cas liés au virus continue de diminuer, si davantage de personnes retournent au travail et si l’économie se redresse plus rapidement que prévu, les gains du marché seront probablement atténués et plus modérés que la reprise qui a eu lieu jusqu’à présent après le creux du mois de mars. Mais, si le redémarrage commence à s’essouffler ou s’il y a une deuxième vague de la pandémie, prenez garde. Les pertes pourraient s’accumuler rapidement, et les marchés, fléchir à des niveaux semblables à ceux connus en mars.

Comment la course au développement d’un vaccin influe-t-elle sur les marchés ?

La réussite du redémarrage économique dépend de plusieurs facteurs, y compris de notre diligence constante à maintenir la distance sociale et, s’il y a lieu, des protocoles de confinement, alors que les pays continuent de rouvrir leurs économies. Mais le marché se concentrera de plus en plus sur les perspectives d’approbation d’un vaccin ou d’un traitement pharmacologique au cours des prochains mois. Un vaccin agirait évidemment comme un puissant catalyseur qui pourrait mettre fin à cette crise une fois pour toutes, et les marchés réagissent déjà aux nouvelles relatives à certains des essais cliniques en cours. Mais la possibilité qu’un vaccin soit approuvé et disponible avant la fin de l’année reste faible. Même si des efforts comme l’opération « Warp Speed » (vitesse grand V) aux États-Unis sont louables pour tenter d’accélérer le processus, il faut normalement plusieurs années pour mettre un vaccin sur le marché et, dans le présent cas, la plupart des experts pensent que nous devrons attendre l’année prochaine au plus tôt pour qu’un vaccin soit prêt aux fins d’inoculation en masse. Cela dit, l’approbation d’un traitement qui peut aider les gens à atténuer les symptômes du virus, mais non à le guérir, pourrait être plus proche. Et même si cela ne stimulait pas le marché autant qu’un vaccin pur et simple, l’assurance que certaines des complications graves du virus peuvent être prises en charge servirait sûrement de catalyseur.

Y-a-t-il d’autres occasions ou risques que les investisseurs doivent également surveiller ?

Quand une crise comme celle-ci frappe, nous pouvons avoir l’impression d’être dans une bulle et que tout ce qui compte, c’est le problème en question. Les autres occasions et risques associés au marché semblent tout simplement disparaître. Mais lorsque les choses commencent à se normaliser, ces autres occasions et risques commencent à ressortir et à s’affirmer comme des facteurs déterminants quant à la prochaine direction prise par les marchés. Je crois que nous sommes parvenus à un point où la pandémie n’est plus le seul événement susceptible de faire bouger les marchés. Prenez la flambée des tensions entre les États-Unis et la Chine. Oui, elle est liée à la pandémie, mais elle repose sur un antagonisme profond entre les deux pays qui couve depuis des années et menace de redevenir un risque distinct en soi – surtout si cela conduit à un nouveau cycle de négociations commerciales prolongées. En fait, au cours des deux dernières semaines, quelques séances de négociation ont déjà subi les effets des relations entre les États-Unis et la Chine. Nous devons aussi penser aux élections américaines. Là encore, le sujet a été relégué au second plan en raison de la pandémie, mais à mesure que la date des élections se rapproche, il deviendra forcément un point de mire pour les investisseurs.

Kevin McCreadie est chef de la direction et chef des investissements de la Société de Gestion AGF Limitée. Il collabore régulièrement à Perspectives AGF.

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignement d’ordre général et sont fondés sur de l’information disponible au 6 avril 2020. Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Nous invitons les investisseurs à consulter un professionnel des placements. Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement les opinions d’AGF, de ses filiales et de toute autre société apparentée ou affiliée, et ne peuvent être associés à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement.
Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive d’AGF et comprend Placements AGF Inc., AGF Investments America Inc., AGF Investments LLC, AGF Asset Management (Asia) Limited et AGF International Advisors Company Limited. Le terme Placements AGF peut faire référence à une ou plusieurs des filiales directes ou indirectes d’AGF ou à toutes ces filiales conjointement. Ce terme est utilisé pour plus de commodité et ne décrit pas précisément les sociétés distinctes qui gèrent chacune leurs propres affaires. MC Le logo AGF est une marque de commerce de La Société de Gestion AGF Limitée et est utilisé aux termes de licences.

S’abonner à nos actualités

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

Retrouvez également nos Breakfast News sur nos réseaux sociaux

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser