Steven Groslin
ASG Capital

Le Point des gérants | 9 novembre 2019 | Editorial

Vers un scénario de déflation ?

Les années 1970 ont été marquées par une période de forte inflation. Depuis cette époque, l’évolution haussière des prix de produits de consommation a progressivement baissé au point qu’aujourd’hui de grandes Banques centrales s’inquiètent des niveaux actuels d’inflation considérés comme trop faibles. 

Quels facteurs derrière cette baisse  de l’inflation qui tend même vers un scénario de déflation ?

Remontons un instant au début des années 80. Sous l’impulsion du Président Reagan et de la Première Ministre Thatcher, le monde bascule dans un système d’ouverture économique globalisé. Le flux de capitaux et les échanges commerciaux sont progressivement libéralisés sur l’échiquier mondial. Ainsi, la délocalisation sans contrainte des outils de production et l’ouverture à la concurrence des produits et des travailleurs de pays émergents cassent la spirale inflationniste des salaires qui caractérisaient les années 70.

Depuis, une des conséquences de cette globalisation du commerce a été la faible progression des bas et moyens salaires dans les pays avancés entre 1980 et 2019. Seulement voilà, ces travailleurs sont aussi des consommateurs et, avec une faible évolution de leur pouvoir d’achat sur cette période, la croissance générale de la consommation était destinée à s’affaiblir.

Pour contrecarrer les conséquences potentielles de ce phénomène, l’accès aux crédits a donc été démocratisé. Nombreux s’endettent pour consommer des produits de tous les jours venus d’ailleurs ou pour s’assurer un toit au-dessus de la tête. Grâce à cela, l’industrie bancaire connait un essor spectaculaire. La planète se financiarise, représentée par les places de New York, Londres et Tokyo. Le monde Emergent se développe.

La pérennité de cette nouvelle manne de crédits suppose une capacité de générer des revenus suffisants pour la rembourser. Comme les salaires n’évoluent que faiblement, les Etats-Unis, maître de ce système financiarisé, arrivent à une saturation d’endettement culminant dans la crise financière de 2008, décrit par l’économiste Hyman Minsky des années plus tôt.

Aujourd’hui, de nombreux travailleurs connaissent toujours une faible évolution de leurs revenus. Désormais limités dans leurs capacités d’endettement, ils ne peuvent plus consommer comme avant. Ceci se traduit par un affaissement généralisé de la demande et une pression déflationniste sur les prix.

De plus, ce qui caractérise notre époque est l’évolution démographique. Par le passé, la croissance et l’inflation dans les pays avancés ont été portées par l’émancipation économique des ‘baby-boomers’ nés entre 1945 et 1965. A l’aube de leur retraite de la vie active, cette population change de comportement, privilégiant l’accroissement de son épargne et le remboursement de ses crédits aux dépens de ses habitudes de consommation. Collectivement, ce mouvement pèse sur l’inflation des prix de biens et de services dans les pays développés, désormais vieillissants.

Cette tendance a été exacerbée par les politiques monétaires des Banques centrales menées au cours de ces onze dernières années. Les taux d’intérêts bas, voire négatifs, n’ont fait que motiver plus encore la constitution d’une épargne pour les vieux jours d’une population concernée par l’échéance de la retraite. 

De plus, ce financement à bas coût a maintenu artificiellement en vie des entreprises qui auraient dû disparaitre sur l’autel du Darwinisme économique, assurant par làmême des surcapacités dans le système marchand. Inévitablement, ceci a pesé sur l’évolution des prix, faisant baisser l’inflation.

Pourquoi cette situation affole-t-elle les Banques centrales ?

Un scénario déflationniste est néfaste pour la croissance. Il encourage le consommateur à remettre à demain son acte de consommation, dans l’attente de payer moins cher. Moins de consommation se traduit par une incertitude sur l’activité économique, ce qui n’encourage plus le recours à un endettement comme avant. Moins d’activité pèse sur la croissance et sur les recettes fiscales d’un pays tout en aggravant le poids de l’endettement toujours en cours. 

Bref, le scénario déflationniste présage une période de très faible croissance économique.

S’abonner à nos actualités

© Copyright - Investeam Design by O.L.C

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

Retrouvez également nos Breakfast News sur nos réseaux sociaux

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser