Steven Groslin
ASG Capital

Le Point des gérants | 16 octobre 2018 | Editorial

Brexit, not a big deal

Certains prédisent la fin des temps pour la Grande-Bretagne à la suite du Brexit. C’est mal connaître ce pays, son peuple et ce qui le fédère.

Ce pays existe en tant que Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande depuis 1801, donc bien avant l’avènement de l’Union européenne. Il a traversé des périodes de famines, épidémies et guerres, sans pour autant se décomposer et disparaître dans les oubliettes de l’histoire.

For King and Country

Au cours de ces cent dernières années, le peuple britannique a abondamment démontré son courage et sa résilience dans les tranchées boueuses de Flandre et sous les bombardements de Londres. Tout cela pour son roi et son pays. De nos jours, cet esprit combatif et cette fierté so British habitent toujours le subconscient de beaucoup de ses concitoyens. C’est pour cette raison que le non-respect de la volonté du peuple britannique par sa classe dirigeante est une perspective politiquement très dangereuse pour elle.

Le débat actuel porte sur la forme d’un accord. Mais quels en sont les termes ? On peut comprendre qu’il n’est pas facile, en à peine 2 ans, de détricoter et renégocier 40 ans de réglementations européennes incorporées dans les lois du pays. Ainsi, dans ce cadre juridique complexe, on peut concevoir qu’il existe une réelle possibilité qu’aucun accord ne soit trouvé d’ici l’échéance des négociations en cours.

Face à cet ultimatum, est-ce pour autant un big deal que de finir avec un no deal ? Pas vraiment. Un no deal dans quelques mois n’exclut pas la possibilité d’un accord bien plus tard. L’évolution politiquement plus nationaliste qui s’opère sur le continent européen pourrait apporter une nouvelle souplesse à la table des négociations dans les années à venir. Après tout, l’intérêt commun pour les deux parties est bien de par-venir à un accord.

Si, à l’inverse, cet accord est trouvé en temps et en heure, les protagonistes con-cernés des deux cotés de la Manche seront encensés pour avoir réussi le divorce du siècle.

Une seconde jeunesse ?

Accord ou pas accord, peut-on conclure à la fin des temps pour le Royaume-Uni ? Certainement pas ! A la suite du Brexit, le pays sera pleinement libre de son destin. Sur le moyen terme, il pourrait s’adapter à son nouveau périmètre de commerce international, comme il l’avait fait lorsque Napoléon régnait sur le continent européen (les Britanniques ont pris le contrôle des mers à partir de la bataille de Trafalgar.)

Le Royaume-Uni pourrait jouer de son pragmatisme légendaire sur les plans réglementaire et fiscal pour attirer à lui les richesses du monde, et vivre une seconde jeunesse économique, plus radieuse que jamais. C’est la perspective d’un tel scénario qui en dérange plus d’un sur le vieux continent.

Quoi qu’il advienne, le Royaume-Uni et son peuple britannique se redresseront comme ils l’ont fait maintes fois par le passé.

S’abonner à nos actualités

  • -
  • -
  • *Champ obligatoire

© Copyright - Investeam Design by O.L.C
31ad76180b
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=fr&admin_bar=1
8a2ee6901f
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
http://investeam.ourlittlecompany.com.sg/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser