Breakfast news | 19 juillet 2016

Dans l’actualité :

  • Retour au Sénat aujourd’hui de la loi Travail pour adoption définitive par l’Assemblée dans la semaine. Preuve du mal français sur le réformisme et les politiques, la loi ne convient à personne. Selon un sondage Odoxa-FTI Consulting, on a les sympathisants du PS qui souhaitent rapidement passer à autre chose, ceux de droite qui jugent la loi vidée de son contenu et ceux de gauche (hors PS) qui voit une loi-cadeau pour le patronat… Même si les manifestations se sont estompées au fur et à mesure, 55% des français continuent à donner raison aux syndicats et les pousseraient même à continuer le mouvement. Le mal est profond, la gestion et la communication désastreuses du gouvernement sur le dossier n’arrangeant rien.
  • Acheteuse d’obligations d’entreprises depuis peu, la BCE dévoile la composition des titres détenus dans son portefeuille obligataire de 10,42 milliards d’euros constitué depuis le 8 juin via les banques centrales nationales. En France, les secteurs d’activité les plus prisés sont l’énergie (EDF, Total, etc.), les infrastructures (ASF, Cofiroute, etc.), les services publics (SNCF, La Poste, etc.), les services aux collectivités (Sodexo, Véolia, etc.), les télécoms et médias (Vivendi, Orange, etc.) ou encore la construction et les foncières (Bouygues, Klépierre, etc.). On retrouve également la panoplie des grands industriels mais les grands absents sont les banques pures (les assureurs comme Axa étant achetés). Quelques valeurs de la cote sont manquantes, à savoir Accor ou Michelin relève Les Echos. La faute à la disponibilité des titres et à la fréquence des émissions obligataires, obligeant souvent la Banque de France à passer par le marché secondaire. Pas évident de trouver des vendeurs dans un contexte où les investisseurs connaissent la volonté de la BCE.
  • C’est fait ! L’Autorité de la concurrence donne son feu vert pour le rachat de Darty par la FNAC. Seule condition : la cession de 6 magasins (5 Darty et 1 FNAC) en région parisienne. Pour rappel : l’opération aura coûté 130 millions d’euros, soit 1,75% du chiffre d’affaires du nouvel ensemble. Mise en place des synergies : dès 2017.
  • Combat sur le titre d’Herbalife entre activistes américains pour des centaines de millions. D’un côté Bill Ackman, positionné à la baisse depuis 2012 avec son fonds Pershing Square, de l’autre Carl Icahn haussier depuis 2013 sur ce même titre. Le nerf de la guerre : l’utilisation ou non du schéma de Ponzi (système pyramidal consistant à rémunérer les clients anciens par l’argent frais de nouveaux clients, rendu très connu avec l’affaire Madoff) par la société Herbalife. Mais la Commission du commerce américaine a rendu sa décision vendredi dernier : non coupable, faisant bondir le titre de 22% en séance. 500 millions de dollars de perte latente (oui, il y croit encore et saisit les instances hors territoire américain) pour Ackman et 460 millions de dollars de gain pour Icahn selon Fortune.
  • Pénétration mitigée du marché français pour Apple Pay, le service de paiement mobile d’Apple. Finalisé le 13 juillet, le système n’a séduit que BPCE et Carrefour Banque. La faute à deux éléments essentiellement : son usage limité aux seuls appareils Apple et surtout la commission prélevée par la marque par transaction (5 centimes d’euro).

Calendrier macro-économique :

  • 10h30 : prix à la production et à la consommation (Royaume-Uni) ;
  • 11h00 : indice ZEW du climat économique (Allemagne et zone Euro) ;
  • 14h30 : permis de construire et mises en chantier (États-Unis).
© Copyright - Investeam Design by O.L.C

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser