Guillaume Nicoulaud
DTAM

LE POINT DES GÉRANTS | Lettre Perspective janvier 2016

Le mirage de la souveraineté numérique

UN COMMISSARIAT A LA SOUVERAINETÉ NUMÉRIQUE. Telle est la nouvelle merveille techno-administrative sur laquelle notre représentation nationale entend plancher au cours des mois à venir. Notez le choix des mots et comment, subtilement, tous les schémas de pensée directement issus de l’après-guerre viennent se télescoper avec le dernier sujet à la mode dans les cercles du pouvoir : les machins numériques.

Un Commissariat d’abord. Comme celui du plan quinquennal, comme à l’époque du grand mirage du Gosplan soviétique. Un Commissariat forcément haut, voire très-haut, qui fera l’objet — comme il se doit — d’un rapport tout à fait officiel : un rapport dans la grande tradition de celui qui avait été commandé, en son temps, par M. Balladur sur les autoroutes de l’information (1994) et avait permis à la puissance publique de conclure que cette petite chose que l’on appelait à l’époque « Internet » [1] n’aurait finalement qu’un succès limité !

La Souveraineté ensuite. Une petite dose de protectionnisme délicatement mâtinée de nationalisme — c’est à la mode — le tout enveloppé dans un concept fumeux — c’est pratique — permettra à tout un chacun de ne surtout pas évoquer les quelques succès déjà enregistrés par nos pouvoirs publics en matière de souverainisme économique et ce, notamment, dès lors qu’il est question de machin numérique. Le Minitel, bien sûr, mais aussi et bien plus récemment le « cloud à la française » qui fût, on l’a oublié, un échec tout à fait remarquable.

Colbertisme à la française

Bref, tous les ingrédients sont réunis : motifs fumeux, méthodes d’un autre âge et pilotage organisé par des gens qui — pardonnez-moi — n’ont sans doute d’un ordinateur qu’une vision très théorique et lointaine. Nous allons à coup sûr assister à un nouvel épisode calamiteux du colbertisme à la française : une grande mobilisation nationale (notamment des contribuables), d’intenses efforts de communication, quelques retards auxquels viendront vite s’ajouter quelques déconvenues d’ordre technique et, finalement, rien.

Ce système d’exploitation souverain ne verra sans doute jamais le jour et si, par miracle, quelque chose devait finalement sortir des cartons des commissions et sous-commissions mises sur pied à cet effet, vous pouvez être certain que personne n’en voudra et que le machin ainsi créé sera imposé de force à nos administrations pour justifier son budget de développement.

Finalement, le plus extraordinaire dans cette affaire de Commissariat à la souveraineté numérique et de système d’exploitation souverain, c’est que plus personne ne s’en émeut vraiment. Après plusieurs décennies de clowneries comparables, nous avons fini par nous y habituer : on s’en offusque mollement ou en rit quelques jours — c’est selon — puis on passe au dossier suivant ¾

[1] Autre préoccupation prioritaire de nos parlementaires : imposer l’usage de « l’internet ».

© Copyright - Investeam Design by O.L.C

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser