David Dehache
PRÉVOIR

Le point des gérants | Lettre Perspective NOVEMBRE 2015 |  ENTREPRISES

La bataille de l’air

LE MOIS D’OCTOBRE est parfois houleux en bourse. Cette année, il s’est plutôt distingué par une certaine agitation sociale.
Le 5 octobre dernier en particulier, les médias montraient l’évacuation mouvementée du patron de l’activité long courrier d’Air France, molesté par des manifestants de la compagnie.
Que nous enseigne cet événement ? A l’instar de la bourse, le premier est que l’histoire tend à se répéter. Cet incident, grave en lui-même, n’est en réalité qu’une réplique des débordements de 1996 où cinq managers avaient été séquestrés et malmenés pendant plus de dix heures.

Grosse dérive

Le second est que la taille d’une entreprise n’est pas forcément un critère de qualité. En 2004, Air France devenait la première compagnie aérienne mondiale par le chiffre d’affaires à la suite de sa fusion avec KLM en mars de la même année. Pourtant, depuis cette fusion (c’est-à-dire depuis 10 ans), la société n’a été profitable qu’une année sur deux, selon les chiffres Bloomberg.
Plus grave, la somme des pertes et profits cumulés des dix dernières années (de 2005 à 2014) se solde par une perte de 1,65 milliard d’euros. Dès lors, en moyenne, à chaque heure qui passe depuis 10 ans, Air France-KLM perd près de 19 000 euros. Et la situation est bien pire au niveau du cash flow libre, puisque l’entreprise a consommé 3,7 milliards de cash sur les dix dernières années, soit une moyenne d’un million d’euros par jour !
Une bonne partie de cette dérive tient aux coûts de personnel. Sur l’exercice clos à fin 2014, les frais de personnels d’Air France-KLM s’élèvent à 7,3 milliards d’euros pour un chiffe d’affaires de 24,9 milliards, soit un taux de 29,3%.
De son côté, Ryanair enregistre 503 millions d’euros de frais de personnel pour un chiffre d’affaires de 5,65 milliards, soit un taux de 8,9% (exercice clos au 31 mars 2015).

Explosion du low-cost

Pas étonnant, dans ces conditions, qu’avec un prix moyen du billet de 47 euros Ryanair est beaucoup plus compétitive et rentable qu’Air France-KLM. Pas étonnant non plus que le management d’Air France-KLM soit contraint, pour la première fois, d’envisager des licenciements secs et de fermer des lignes. Ce plan devient d’ailleurs urgent. Ainsi, Ryanair, qui n’a été créée qu’en 1985, devrait transporter près de 100 millions de passagers cette année tandis qu’Air France-KLM en transportait 87,4 millions en 2014 et va réduire la voilure en 2015.
Sur le marché français du moyen courrier, c’est surtout Easyjet qui concurrence Air France-KLM. Fondée en 1995, la compagnie a su développer sa part de marché de 5% en 2006 à 14% en 2014, et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin ! Déjà, à Nice, Easyjet a rattrapé Air France en 2014 en s’arrogeant une part de marché de 25%, égale à celle de la compagnie nationale.
L’histoire montre que les low-costs, ont su tirer avantage des déboires des compagnies nationales et surtout de leur incapacité à se restructurer et à évoluer. Les exemples ne manquent pas. Easyjet est devenue archi dominante à Milan Malpensa suite aux problèmes d’Alitalia et à Genève suite aux problèmes de Swiss Air. Ainsi, chaque jour, les low-costs s’implantent un peu plus sur les aéroports principaux et grignotent les compagnies historiques classiques.

Quelques bonnes nouvelles

Pour en revenir à Air France-KLM, la société saura-t-elle appréhender l’urgence de la situation ? Seul l’avenir le dira, mais cela ne semble pas évident, au vu du conflit récent et de la grève de l’automne dernier.
Quoi qu’il en soit, en ce moment, les seules bonnes nouvelles pour Air France-KLM sont des évènements exogènes, à commencer par la baisse des prix du pétrole (mais qui aide aussi les concurrents) et le fait que, malgré un contexte archi-tendu financièrement, les dettes de la société ne se traitent pas à niveau distressed comme en témoigne l’obligation 2021 qui s’échange vers 4% de yield.

© Copyright - Investeam Design by O.L.C

Retrouvez toutes les actualités du jour, les lettres Perspectives, les points de vue de nos gérants sur leurs marchés, etc.

S'abonner

c07931774c
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=en
e17f8134d2
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser