Armin Zinser
Société de Gestion Prévoir

Le point des gérants | 10 octobre 2017 | Editorial

Encore de la hausse en vue…

Trois raisons pour lesquelles les actions ont encore et toujours de belles perspectives.

1. La croissance des bénéfices des sociétés reste forte et durable

Le taux de croissance des résultats des sociétés autour de 20% fin septembre offre un matelas suffisamment conséquent pour absorber d’éventuelles mauvaises surprises.
De plus, la BCE devrait continuer sa politique monétaire avec des taux proches de zéro, cette dernière ayant indiqué qu’elle ne commencerait à réduire sa politique monétaire accommodante qu’en 2018 et, encore, à dose homéopathique. De fait, une légère augmentation de ses taux d’intérêt ne devrait pas constituer un véritable danger pour la valorisation des marchés. A l’heure actuelle, l’indice Eurostoxx 50 se négocie avec un PE autour de 14,1 et l’Eurostoxx 600 avec un PE autour de 14,9. Même s’il est peu probable que les valorisations s’éloignent de ces niveaux de PE, la hausse des bénéfices devrait permettre de faire croître la valorisation des actions au-delà de leurs niveaux actuels.

2. La situation politique devrait rester stable

Le stress des élections en France et en Allemagne est passé. En attendant celui des élections en Autriche et malgré une situation confuse en Espagne, la situation politique du reste de l’Europe apporte un peu de sérénité.
Les réformes annoncées par le gouvernement Macron sont en cours de concrétisation, même s’il reste encore beaucoup à faire et que nous ne sommes qu’au début de son quinquennat. En Italie, le mouvement de Beppe Grillo semble en perte de vitesse, renforçant ainsi la probabilité d’un gouvernement de coalition centre-gauche. Cependant, le gouvernement italien d’intérim de M. Gentiloni mérite des compliments car il a réussi à améliorer la situation économique et la compétitivité de l’Italie en imposant sa réforme fiscale

3. Les facteurs techniques

Un regard sur l’analyse des courbes nous montre que les actions sont sorties par le haut de leur phase de consolidation entamée juste après l’élection du Président Macron. Il est donc probable que les marchés puissent tester à nouveau leurs niveaux atteints au mois de mai et même les dépasser au cours de ce quatrième trimestre.

Au-delà des cent-mois

Après une phase haussière qui a duré plus de cent mois entrecoupés de quelques soubresauts, on peut légitimement se poser la question suivante : les cours des actions ont-ils encore un potentiel de progression ou bien les meilleurs jours sont-ils derrière nous ?
La réponse qui semble évidente invite à acheter des actions et/ou des fonds d’actions intelligemment diversifiés. Car, avec l’arrivée prochain du rallye de fin d’année, ce n’est ni avec des produits de taux, ni avec des liquidités sur un compte bancaire, que l’on pourra gagner de l’argent, en particulier, dans un contexte boursier haussier qui doit perdurer. 

Armin Zinser
Le 10 octobre 2017
© Copyright - Investeam Design by O.L.C
X