David Dehache
Société de Gestion Prévoir

Le point des gérants | 11 septembre 2017 | Editorial

A qui profitent les tensions ?

Le mois d’août a été marqué par les tensions en provenance de la Corée du Nord avec, en particulier, le tir de missiles au-dessus du Japon puis l’essai nucléaire de la bombe H.

Menace sur Korus

Ces tensions entre le régime de Pyongyang et les Etats-Unis doivent être analysées dans un contexte global. En effet, les Etats-Unis ont besoin du soutien de la Chine pour résoudre le dossier nord-coréen. Toutefois, cette dernière est réticente au déploiement du système anti-missile THAAD en Corée du Sud et aux diverses manœuvres militaires américaines, qu’elles s’opèrent en mer de Chine ou autour de la péninsule coréenne. La Chine a également condamné la vente d’armes pour 1,3 milliard de dollars à Taïwan cet été.
Les frictions sont également commerciales. Cet été, l’administration Trump a informé qu’elle allait lancer un processus d’investigation sur les pratiques concurrentielles de l’empire du milieu. Cela couvrira en outre le domaine de la propriété intellectuelle et pourrait conduire à des taxes sur les produits importés. Par ailleurs, le président américain a menacé de renégocier — voire de terminer — Korus, l’accord de libre-échange avec la Corée du Sud qui avait été ratifié en 2011.
Enfin, dans l’univers des médias, la situation est tout aussi tendue. Depuis, longtemps, la Chine bloque des services comme Facebook, Instagram, Youtube et Twitter, favorisant ainsi l’émergence de champions nationaux comme Tencent et Baidu.

Censure des VPN en Chine

Certes, il était possible de contourner en partie ces limitations via l’utilisation de VPN (Virtual private network) —solution utilisée par de nombreux dissidents chinois — mais, en début de l’année, le ministère de l’industrie chinois annonçait un tour de vis aux fournisseurs d’accès internet et réseaux de diffusion de contenu, prévoyant l’obligation d’une autorisation du gouvernement pour l’installation ou la location de VPN.

Propagation des cyberattaques

Enfin, s’il est impossible d’anticiper le dénouement de ces tensions militaires et négociations commerciales, une autre source conflit émerge peu à peu dans notre quotidien. Désormais, les cyberattaques sont régulières et sont en partie liées aux évolutions évoquées plus haut. La société Symantec a, par exemple, affirmé disposer d’éléments pointant l’implication de la Corée du Nord dans la cyberattaque Wannacry. En 2016, Symantec avait déjà révélé l’implication de ce pays dans le vol de 94 millions de dollars auprès d’établissements bancaires.
Symantec publie un tableau de bord des menaces sur la toile et, avec une moyenne d’attaques web bloquées de 1,2 million par jour, les sociétés du secteur informatique, et plus particulièrement de la sécurité, devraient bénéficier de nombreuses opportunités de croissance dans les années à venir. 

David Dehache
11 septembre 2017

© Copyright - Investeam Design by O.L.C
X