Ani Markova
MBA, LIFA, CIM, CFA, AGF INVESTMENTS INC.

LE POINT DES GÉRANTS | 07 août 2017 |  editorial

Votre portefeuille est-il couvert ? par Ani Markova

Les mois d’été sont une période saisonnière atone pour les métaux précieux et l’année 2017 ne déroge pas à cette règle bien connue des investisseurs. Depuis janvier, le prix de l’or a oscillé entre 1 200 $ et 1 300 $ l’once, avec une correction respective de 6% en juin et juillet. Les titres aurifères représentés par l’indice S&P Global Gold sont également en baisse de 15% pendant cette même période, dérivant sur une tendance atone.

Intérêt des actifs non-corrélés

Les positions courtes de la CFTC approchent des niveaux jamais atteints en 5 ans, indiquant un manque de conviction des investisseurs vis-à-vis de cette classe d’actifs. Traditionnellement, lorsque les positions courtes commencent à se dénouer, le prix de l’or flambe. Pendant de telles périodes de faiblesse, nous pensons qu’il est important de profiter de ces catégories d’actifs sous-évaluées qui peuvent servir d’assurance de portefeuille.

Les controverses incessantes qui agitent la Maison blanche et l’incapacité de l’administration Trump à attirer les responsables politiques et à obtenir leur collaboration amputent la confiance des investisseurs dans la mise en œuvre des principales réformes fiscales annoncées, à un moment où les banques centrales commencent à réduire les mesures de stimulation de l’économie et où la croissance mondiale montre des signes de ralentissement. Récemment, évoquant les attentes déçues sur la politique budgétaire, le FMI a abaissé les prévisions de croissance américaine de 0,2 point, à 2,1% en 2017, et de 0,4 point, à 2,1% en 2018 (1). Selon nous, on peut considérer que les marchés actions sont tendus et, en l’absence de réforme fiscale ou de croissance du PIB nominal pour soutenir les bénéfices et les valorisations, nous pourrions faire face à un mouvement de ventes sur les marchés d’actions résultant d’un ralentissement des affaires.

Dans ce contexte, investir dans des actifs non-corrélés au marché général des actions comme le secteur de l’or, devrait améliorer la diversification du portefeuille. Nous pensons qu’en période de forte volatilité les actions liées à l’or et aux métaux précieux seront considérées comme un investissement  alternatif servant de valeur refuge.

(1) Source : FMI, Perspectives économiques mondiale, juillet 2017.

Evaluation du secteur aurifère

Traditionnellement, les sociétés aurifères négocient sur la base d’un ratio prix sur actif net (P/NAV). Jusqu’en 2010, la fourchette était de 1,5x-2,5x P/NAV (2). Depuis, la compression des valorisations a entraîné ces niveaux autour ou juste en-dessous de 1x P/NAV. Fait intéressant, la compression des valorisations s’est produite au moment où les marchés d’actions se sont redressés et où les banques centrales ont commencé à gonfler leurs bilans. Si nous devions assister à un retrait durable de liquidités à partir de la réduction des bilans de la Fed et de la BCE, la tendance sur les valeurs or pourrait s’inverser alors que les marchés d’actions entreraient dans une phase de correction. En conséquence, l’or et les métaux précieux pourraient connaître un rebond de leurs valorisations.

En comparant les valorisations actuelles des indices S&P500 et S&P/TSX Global Gold, la valorisation du marché actions ((11.2x P/EBITDA) est beaucoup plus élevée que celle du secteur aurifère (7.4x P/EBITDA) (3).

(2) Source : Scotia Capital, juin 2017.
(3) Source : Bloomberg, 27 juillet 2017

Quelle quantité d’or détenir en portefeuille ?

Traditionnellement, entre 1 et 5 % d’actifs à investir sont affectés à l’or. Dans un souci d’illustrer les propriétés de réduction du risque de l’or, le World Gold Council a suggéré qu’un portefeuille avec une allocation de 5 à 6 % en lingots d’or surperforme un portefeuille standard de 735 points de base lors d’évènements entrainant un risque de perte extrême tels que le Vendredi Noir, la Bulle Internet, les attaques terroristes du 11 septembre 2001, la crise de la dette souveraine et autres (4).

Dans une étude plus récente publiée par le CPI Group, un portefeuille avec 27 à 30 % de son actif en or a eu le meilleur rapport risques/bénéfices sur de longues périodes (5).

Dans la mesure où cette classe d’actifs est très volatile, les investisseurs doivent déterminer la part allouée à l’or dans leur investissement en fonction de leurs horizons d’investissement. Cependant, l’exposition à cette classe d’actifs est justifiée dans la mesure où la demande d’or devrait être essentiellement dictée par son utilité en tant que valeur refuge, couverture de change et actif alternatif de couverture contre l’inflation et de préservation du patrimoine.

(4) Source : World Gold Council – Gold Investor, Gestion du Risque et Préservation du Capital, Mars 2014.
(5) Source : CPM Group, Annuaire de l’Or 2017, Mars 2017.

Et après ?

Au cours de son histoire, le prix de l’or tend à être influencé par plusieurs facteurs. Récemment cependant, le lingot a été influencé par les taux réels (taux d’intérêt nominal moins une certaine mesure de l’inflation). La plus grosse menace pour le commerce de l’or est que l’augmentation du coût du capital freine la croissance économique déjà fragile, occasionnant des ralentissements ou des récessions.

En l’absence de signes forts d’inflation comme nous pouvons l’observer actuellement, nous pensons qu’il serait possible que la Fed infléchisse le cycle de resserrement si l’atonie de l’économie persiste. Si cette mesure devait être prise, le prix de l’or pourrait réagir positivement sur fond de baisse du dollar US. Il importe également de tenir compte de la nouvelle direction de la Fed en 2018, et l’orientation que prendra la banque centrale est encore incertaine.

Les guerres commerciales représentent également un risque dans le paysage économique. En l’absence de résultats dans les pourparlers économiques de haut niveau entre la Chine et les Etats-Unis, l’administration Trump risque de se sentir contrainte de choisir la confrontation plutôt que la coopération pour résoudre le problème de son déficit commercial de 347 milliards de dollars avec la Chine – soulevant ainsi davantage de tensions géopolitiques dans le monde entier.

De notre point de vue, le calme plat de l’été offre aux investisseurs un bon moment pour assurer leurs portefeuilles à prix discount. Nous anticipons un regain d’appétit pour les métaux précieux à l’automne lorsque nous nous rapprocherons des négociations du plafond de la dette US et que nous aurons un meilleur aperçu de la proposition budgétaire de Trump.

Si le PIB américain ne parvient pas à croître au-delà des 3% sur les 10 prochaines années, les déficits budgétaires s’ajouteront à la dette globale qui s’élève actuellement à 19 000 milliards de dollars (6), ce qui pourrait éroder la valeur du dollar US et son capital confiance en tant que monnaie de réserve. Dans un tel environnement, l’or pourrait à nouveau briller de mille feux.

(6) Encours total de la dette publique du Trésor Américain. Source: Bloomberg, 27 juillet 2017

Ani Markova
7 août 2017

Ce commentaire s’appuie sur une information disponible au 27 juillet 2017 et ne doit pas être considéré comme un conseil d’investissement ou une sollicitation d’achat ou de vente d’or ou d’actions or. Les conditions du marché évoluent, impactant les portefeuilles et le prix de l’or. AGF décline toute responsabilité dans des décisions prises du fait de l’utilisation de l’information provenant de ce qui précède, qui ne doit pas être considérée comme un conseil en matière de placements.

© Copyright - Investeam Design by O.L.C
X