Didier Jug
INVESTEAM

Le point des gérants | 17 mai 2017 |  editorial

De la crainte à l’espoir

Retour au calme et regain d’optimisme, enfin, après l’avis de tempête médiatico-électorale de ces dernières semaines : les Français s’apaisent, soulagés d’avoir écarté les extrêmes, et se reprennent à espérer.

Pour autant, ont-ils une claire vision de la recomposition politique qui s’opère ? Pas sûr ! Une grande confusion règne au sein des principaux groupes parlementaires historiques : tandis que les Républicains appellent au rassemblement pour former une majorité LR et s’opposer au Président, ce dernier nomme un Premier ministre issu de leur rang… La cacophonie est également de mise au sein des partis de gauche avec l’émergence de nouveaux courants.
Le gouvernement annoncé ce jour est l’expression d’un véritable melting pot, un mélange des genres néanmoins intéressant, car il suggère, peut-être pour la première fois dans notre histoire récente, la prise de conscience de la nécessité de mener un travail constructif et en équipe pour servir un objectif supérieur : notre redressement national.
Cette démarche positive nous invite à rejeter celle, moins noble et très hasardeuse, qui viserait à neutraliser les grands partis historiques. Pour autant, il ne faudrait pas que les électeurs qui constituent la base de notre démocratie – bien loin du monde politico-parisien – et qui ont clairement exprimé leurs inquiétudes au premier tour de scrutin, pensent finalement qu’il est désormais inutile de voter ou, pire, qu’il faille voter pour les extrêmes dans le but de créer une réelle opposition.
Au-delà des enjeux économiques de son mandat, la responsabilité du nouveau Président est donc grande. Il l’a lui-même reconnu : seul le « bien gouverner » garantira que la mandature suivante ne soit pas radicale. Le renouvellement, thème sur lequel il a été élu, devrait donc être le principal moteur de cette nouvelle gouvernance. Cette idée est séduisante puisqu’elle peut s’appliquer à tous les aspects de la vie politique : éthique, méthode de travail et de concertation, objectifs, moyens, etc. Espérons que notre nouveau Président réussira à être le fer de lance de cette révolution. Sa jeunesse tranche favorablement avec notre image de vieux pays. Et sa prise de fonction a déjà adressé un signal d’espérance et d’optimisme aux Français que l’on dit râleurs — cette qualité que le monde nous envie en secret ! — et frileux face au changement.
Emmanuel Macron est-il donc l’homme providentiel ? Quelles que soient les idées politiques de chacun, souhaitons-le pour l’avenir de notre nation, d’autant que notre nouveau président est aussi un homme qui n’est pas issu du sérail politique. Il est plutôt libéral et, bien qu’énarque, il n’a pas eu le temps de se transformer en technocrate.
En ce qui concerne l’évolution des marchés, cet ADN pourrait favoriser la libération de notre économie, ce qui ne manquerait pas d’être salué par les marchés. Le moment est donc peut être venu d’investir, en particulier en actions françaises ou de la zone Euro comme le soulignent nos gérants.

Didier Jug
17 mai 2017
© Copyright - Investeam Design by O.L.C
X