David Dehache
Société de Gestion Prévoir

Le point des gérants | 5 Mai 2017 | Editorial

Aéronautique, espace, IA… La Chine avance ses pions.

En ce début de mai 2017, alors que les marchés et les médias ont les yeux rivés sur le résultat des élections françaises, un évènement est passé quasiment inaperçu.
Après dix ans de développement et de nombreux retards, les autorités chinoises ont annoncé le vol inaugural(1) du C919 début mai. Cet appareil, construit par l’entreprise étatique Comac(2) et pouvant transporter environ 170 passagers, serait ainsi le premier avion de ligne chinois à venir se positionner sur le segment des Airbus A320 et Boeing 737. Il viendrait donc briser le vieux duopole entre Boeing et Airbus sur le segment des monocouloirs, aventure que n’avaient tenté ni le brésilien Embraer ni le canadien Bombardier, ces derniers étant restés sur des avions régionaux de taille plus petite.

Premier avion de ligne chinois

Par cette opération, la Chine fait coup double. D’abord, elle montre qu’elle continue de rattraper son retard technologique, même si l’avion fait appel à de nombreux fournisseurs étrangers dont Safran pour les réacteurs, Zodiac pour les toboggans d’évacuation et General Electric pour l’avionique. Ensuite, elle va disposer d’une solution nationale pour répondre au besoin colossal en monocouloirs engendré par la croissance du trafic aérien chinois. Ainsi, selon les estimations en Chine, les compagnies aériennes locales devraient acheter entre 6000 et 7000 avions sur les vingt prochaines années.
Dans ce contexte, pas étonnant que Comac ait déjà reçu 570 commandes de compagnies chinoises et asiatiques avant même la certification de l’appareil ni même le vol inaugural. En termes d’objectifs, le constructeur chinois a annoncé qu’il visait un rythme de production de 150 appareils par an d’ici 2020 et ciblait une part de marché de 33% sur le marché chinois d’ici 2035.

Vers une future station orbitale

Autre évènement passé inaperçu, le 20 avril dernier, la Chine a lancé Tianzhou, son premier vaisseau spatial automatique conçu comme un drone. Ce dernier a permis de transporter environ 6,5 tonnes de fret vers Tiagong-2, le mini-laboratoire spatial habité chinois. Parmi le fret figurent 2 tonnes d’ergol, un combustible, ce qui nécessite une précision de l’ordre du millimètre pour l’arrimage des tuyaux. La réussite de ce ravitaillement marque une étape clé dans la réalisation de la future station spatiale chinoise qui devrait voir le jour vers 2022 et qui aura besoin en permanence de vaisseaux cargo pour l’alimenter.
Avec cette opération, la Chine rejoindra la Russie et les Etats-Unis, les deux grandes puissances qui maîtrisent les techniques de ravitaillement dans l’espace.

Le défi de l’intelligence artificielle

Les ambitions chinoises ne se limitent pas au secteur aéronautique ou spatial. Début 2016, Google avait défrayé la chronique avec un programme d’intelligence artificielle, AlphaGo, qui avait battu Lee Sedol, un des meilleurs joueurs au monde de Go par 4 victoires contre une défaite. Google avait continué sur sa lancée, avec une série de 60 victoires pour AlphaGo contre aucune défaite face à une série de professionnels sélectionnés parmi les meilleurs mondiaux.
La victoire de l’intelligence artificielle sur l’homme devenant de fait quasi-actée, il fut alors décidé de créer un championnat du monde de Go réservé aux seuls acteurs de l’intelligence artificielle. Ce championnat s’est tenu en mars 2017 à Tokyo et fut gagné, à l’issue de 11 victoires consécutives, par FineArt, une émanation du laboratoire de recherche du chinois Tencent. Cette victoire est d’autant plus impressionnante que le programme d’intelligence artificielle de Tencent n’a été créé que par une équipe de 13 chercheurs, le tout en moins d’un an !
La Chine accélère donc son rattrapage technologique sur les autres grandes puissances. Le consommateur en est un des principaux bénéficiaires, Tencent ayant par exemple indiqué que les technologies d’intelligence artificielle développées récemment sont désormais déployées au sein des différentes plateformes du réseau social dont WeChat. L’autre gagnant sera sans doute la bourse, la productivité engendrée par le progrès technologique étant souvent un moteur de performance.

David Dehache
Le 5 mai 2017

(1) Le vol inaugural a eu le lieu le 5 mai et a duré un peu plus d’une heure.
(2) Commercial Aircraft Corporation of China.

© Copyright - Investeam Design by O.L.C
31ad76180b
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php&lang=fr&admin_bar=1
8a2ee6901f
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
http://investeam.ourlittlecompany.com.sg/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser

X